Sécheresse 2011 Est-elle comparable à 1976 ? Et jusqu'à quand pourrait-elle durer ?

Afp

Tour d'horizon des questions liées à la sécheresse de ce printemps 2011, qui entraîne déjà des mesures de restriction dans plus du quart de la métropole. La situation est différente de celle de 1976 et les plus touchés sont les éleveurs. Ils sont victimes, selon le ministre de l'Agriculture, Bruno Le Maire, d'une « double peine » avec l'augmentation du prix de l'alimentation animale, à la suite de l'envolée des cours mondiaux des céréales, et la sécheresse qui a un impact sur le fourrage.


26 départements sont actuellement en restriction d'eau.
(© Terre-net Média)

Q: La sécheresse actuelle, qui touche toute l'Europe du Nord, est-elle exceptionnelle?

R: « En France, on a un état de sécheresse des sols superficiels qui correspond à ce qu'on a normalement courant juillet, avec des records jamais atteints depuis 1959 à cette période de l'année sur une partie du pays », explique Michel Schneider, de Météo France. Ceci s'explique par la combinaison du déficit pluviométrique et « des températures extrêmement élevées qui favorisent une forte évaporation » et notamment au mois d'avril « qui est au second rang des mois d'avril les plus chauds depuis le début du 20ème siècle ».
En revanche, la situation est moins critique pour les nappes phréatiques (même si 58 % d'entre elles sont déficitaires) car le déficit de précipitations entre septembre et mars, « la période de recharge », n'a pas été « extrêmement marqué », de l'ordre de 10 % par rapport à la moyenne (avec des disparités régionales cependant). Vingt-six départements étaient touchés vendredi par des mesures de restriction d'eau, les plus sévères concernant notamment la région Poitou-Charentes.

Q: La situation est-elle comparable à 1976, qui a marqué les esprits?

R: La situation était alors différente, selon M. Schneider. « En 1976, les sols se sont asséchés plus tardivement qu'actuellement car même si durant la période de recharge des nappes phréatiques, les précipitations avait été plus déficitaires, les températures de printemps avaient été plus fraîches ». Au terme de plusieurs mois de sécheresse, le gouvernement avait annoncé fin août 1976 une aide aux agriculteurs de 1,3 milliard d'euros financé par un « impôt sécheresse » exceptionnel.
La ministre de l'Ecologie, Nathalie Kosciuko-Morizet a assuré vendredi qu'il était « trop tôt » pour imaginer une telle mesure.

Q: Quels impacts sur l'agriculture?

R: Les plus touchés sont, à ce stade, les éleveurs. Ils sont victimes, selon le ministre de l'Agriculture Bruno Le Maire, d'une « double peine » avec l'augmentation du prix de l'alimentation animale, à la suite de l'envolée des cours mondiaux des céréales, et la sécheresse qui a un impact sur le fourrage. Le ministre de l'Agriculture les a autorisés à disposer de toutes les jachères pour nourrir le bétail et va demander à Bruxelles le versement anticipé d'une aide financière. La situation est également difficile pour les céréaliers, inquiets pour leurs rendements.

Q: Quel impact sur la production d'électricité?

R: Edf a besoin d'eau pour produire de l'électricité avec ses barrages et refroidir ses centrales nucléaires. Au premier trimestre 2011, Edf a déjà réduit sa production hydraulique de l'ordre de 20 %. En revanche, la sécheresse n'a pour le moment par d'impact sur la production nucléaire, selon le groupe. L'association anti-nucléaire L'Observatoire du nucléaire a pointé pour sa part un « risque grave » de pénurie d'électricité si Edf devait arrêter de nombreux réacteurs voire un danger de fusion de réacteurs en cas d'assèchement de rivière.

Q: Quelle évolution attendre?

R: Des précipitations sont attendues sur la France en fin de semaine, mais « il faudrait une persistance d'un temps bien perturbé pendant plusieurs jours pour pouvoir réellement améliorer la situation », indique Michel Schneider. Selon Météo France, « les températures moyennes devraient être plus chaudes que la normale » en mai, juin et juillet. D'après l'Organisation météorologique mondiale (Omm), la situation anticyclonique risque de durer encore « quelques semaines, ou même quelques mois », selon l'Omm. Mme Kosciusko-Morizet réunit lundi, avec un mois d'avance, le « comité sécheresse » pour faire un point sur « les mesures envisageables » pour chacune des catégories d'usagers différents (industriels, producteurs d'énergie, agriculteurs, particuliers, etc.).

Pour aller plus loin :

Sécheresse - Nkm « inquiète », veut réduire de 20 % la consommation d'eau d'ici 2020

Sécheresse 2011 - Bruno Le Maire va demander un versement anticipé de la Pmtva et un assouplissement des Mae (Mise à jour le 13 mai)

Sécheresse - 26 départements concernés par des restrictions d'eau

Pour surveiller les prévisions météorologiques de vos parcelles, connectez-vous sur :

Observatoire météo


© Tous droits de reproduction réservés - Contactez Terre-net

Tags

Contenu pour vous