Bilan météorologique La France entre sécheresse et inondations

MN Terre-net Média

Les fortes pluies et orages de ces dernières semaines contrastent avec la sécheresse récurrente, bien installée depuis plus d'un an en France, voire depuis plusieurs années selon les régions, d'après Frédéric Decker de MeteoNews.

Le soleil se fait attendre pour les fenaisons
Le soleil se fait désormais attendre pour les fenaisons. (© Terre-net Média)

Les précipitations souvent abondantes d'avril et mai ont très nettement fait reculer la sécheresse de surface, à tel point qu'elle a même disparu sur la plupart des régions. Et au grand désespoir du domaine touristique, c'est une bonne nouvelle pour le monde agricole, même si c'est désormais le soleil qui se fait attendre pour les fenaisons.

Quid de la sécheresse de surface

Les indices d'humidité des sols atteignent la saturation à ce jour sur de nombreuses régions, ce qui est de bon augure à l'approche de l'été météorologique qui débutera le 1er juin. Localement, les sols restent relativement secs en surface : en Alsace où le temps est resté plus chaud et plus sec qu'ailleurs, en région Midi-Pyrénées ou encore sur les bords du golfe du Lion et la basse vallée du Rhône, où les précipitations ont été globalement plus rares et plus faibles qu'ailleurs.
L'année 2011 avait été marquée par une sécheresse printanière exceptionnelle (printemps le plus sec depuis 300 ans en France), puis par un automne particulièrement sec également après une pause estivale globalement plus humide. L'hiver 2011/2012 n'a pas non plus permis le rechargement des nappes phréatiques malgré un mois de décembre très arrosé, janvier, février et mars ayant ensuite été beaucoup trop secs.

L'état des nappes phréatiques

Mais alors justement : où en est-on de ce côté-là ? Ces pluies d'avril-mai 2012 ont-elles enfin soulagé nos nappes ? La réponse est non. La majeure partie des précipitations de ces deux derniers mois, souvent violentes, a ruisselé en surface avant de s'écouler dans les cours d'eau. Le reste a peu à peu rempli les couches superficielles du sol et hydraté la végétation en état de stress hydrique au début du printemps. Une infime partie seulement a donc réussi à atteindre les nappes souterraines, y compris dans les régions touchées par des graves inondations comme Nancy, ou dans une moindre mesure Ajaccio et le Pays Basque. 77 % des nappes phréatiques continuent à montrer un déficit notable, surtout des Pays de la Loire au sud-ouest où la situation reste critique et stable. Les nappes de Touraine et de Franche-Comté connaissent tout de même une légère hausse de leur niveau, alors que la situation reste plutôt stable sur le reste du pays. Quelques nappes continuent même à baisser (alors qu'il pleut !) en Normandie, sur le Bassin Parisien et en... Lorraine !

Des pluies inefficaces pour les nappes phréatiques

Cela peut paraître contradictoire, mais des pluies, même très abondantes, peuvent être inefficaces pour nos nappes souterraines. Trop subites et violentes comme dans le cas de Nancy (103 mm en un orage dont 86 mm en trois heures, 43 mm en ½ heure et même 16 mm en 6 minutes !), elles restent en surface puis ruissellent directement dans les ruisseaux et rivières, ne s'écoulant que très peu dans le sol.

A lire également :

Intempéries - Mai 2011 trop sec... Mai 2012 sous la pluie et les orages

Le passé nous le prouve : des sécheresses sévères ont parfois été interrompues par des périodes très pluvieuses : en 1976, alors que la sécheresse bat son plein, des violents orages éclatent un peu partout tout au long du mois de juillet (50 mm le 4 à Bordeaux, 78 mm le 5 à Biarritz, un gros orage éclate durant le défilé du 14 juillet à Paris). Durant la longue sécheresse de fin 1988 à 1993, des mois très pluvieux s'intercalent au beau milieu de cette sécheresse exceptionnellement longue de profondeur : avril 1989 froid et très pluvieux, fin janvier et février 1990 extrêmement humides et tempétueux marqués par des inondations, octobre 1990 très arrosé, juin 1991 froid et très pluvieux, mai-juin 1992 particulièrement orageux et parfois exceptionnellement pluvieux avec des inondations à la clé, puis novembre 1992 ou encore avril-mai 1993 très arrosés et orageux). Au coeur de la sécheresse 2003, le mois de mai avait été très arrosé (perturbations et orages).

Ce qu'il faudrait pour enfin soulager les nappes phréatiques durablement ? Le retour d'automnes et d'hivers pluvieux ! La récurrence de longs épisodes de temps secs entre l'automne et l'hiver ces dernières années ne permet pas le rechargement de nos précieuses nappes. Il faut remonter à l'automne-hiver 2001/2002 pour trouver des précipitations suffisamment importantes, période qui clôturait plusieurs années très arrosées d'ailleurs. Contre toute attente, si la sécheresse de surface est momentanément résolue sur la plupart des régions (trois semaines de temps chaud et sec suffiraient toutefois à remettre les compteurs à zéro dans les réserves en eau superficielles), l'état des nappes phréatiques reste préoccupant à quelques jours de l'été météorologique. Les arrosages pourront être très limités dans un premier temps puisque les sols sont humides, mais il ne faudra pas en abuser cet été, au risque de vider davantage les nappes souterraines. Une solution parmi tant d'autres : récupérer l'eau de pluie pour l'utiliser en cas de disette !

Retrouvez les prévisions météorologiques de vos parcelles en vous connectant sur :

Observatoire météo de Terre-net Média

 

D'après un communiqué MeteoNews

© Tous droits de reproduction réservés - Contactez Terre-net

Chargement des commentaires


Contenu pour vous