[Paroles de lecteurs} Aides, stockage... Une sécheresse historique mérite une réponse qui l'est tout autant

Terre-net Média

Les lecteurs de Terre-net en ont assez de la « non-politique de l'eau » menée par l'État ! Plus qu'une assurance climatique, ils veulent la création de retenues d'eau. À voir si elles doivent être collectives ou individuelles dans les exploitations agricoles voire les jardins des particuliers. Il en va de la survie de la culture du maïs en France et plus largement de celle de l'agriculture...

paroles de lecteurs secheresse culture du mais et reserves d eau « Honte aux politiciens et aux écolos bobos démagos qui refusent la création de réserves d'eau !! », s'exclame agri expert. (©Pixabey // Création Terre-net Média) 

Titian : « S'il y a bien une plante qui valorise et ne gaspille pas l'eau d'irrigation, c'est bien le maïs ! »

steph72 : « Le mais consomme en effet moins d'eau que les arbres fruitiers. Mais l'irrigation sert aussi à faire lever les semis de prairie, celles-ci sont de grosses consommatrices d'eau ramené au tonnage produit. De toute façon, aucune plante ne pousse sans eau. »

Le maïs, trop gourmand ou non en eau ?

Titian : « La culture de pleins d'autres plantes pourrait être développée en France, comme par exemple celle de l'amarante. Mais on préfère par dogmatisme en agriculture gaspiller notre énergie ailleurs... »

hub : « On s'en fout que le maïs en consomme de l'eau ou pas. Arrêtez de détourner le sujet. La question est : doit-on créer des retenues d'eau pour irriguer ? » 

La solution : créer des retenues d'eau

Titian : « Ma réponse est oui car on doit assurer l'implantation de n'importe quel végétal, capteur de CO2, à moins que l'on préfère gaspiller l'argent avec des pseudos soutiens financiers comme l'assurance récolte ou climatique. (...) »

agri expert : « Bravo, tout est dit dans cette tribune d'Emmanuel Ferrand. Il n'y a rien à rajouter. Ah si : honte aux politiciens et aux écolos bobos démagos qui refusent la création de réserves d'eau !! »

Silou : « Il y a plus d'eau que de pétrole sous nos pieds mais personne ne veut aller la chercher car cela ne rapporte pas assez. »

Réserves collectives, dans les fermes, ou les jardins ?

Pipo : « "Faire de petites réserves personnelles ne résout rien". (...) Or mieux vaut 10 "petites" réserves personnelles de 100 000 m3 qu'une seule d'1 million de mètres cubes pour la simple et bonne raison qu'on connaît la destination de l'eau de ces retenues ! L'eau stockée collectivement sera systématiquement réservée en priorité à la rivière locale et pas à l'agriculture... » 

Emmanuel Ferrand : « Bonjour. Pour qu'on se comprenne bien, quand j'écris "petites réserves personnelles", je veux parler de celles des particuliers dans leur jardin. Par contre, je suis favorable au stockage individuel de l'eau sur les exploitations agricoles. En tant que conseiller régional, je participe d'ailleurs au financement de ces projets. Il faut savoir qu'à la base, j'ai écrit cet article pour les habitants de ma ville. »

Découvrez le sondage réalisé sur Terre-net en janvier 2019 :
Un tiers des agriculteurs prêts à investir pour davantage stocker l’eau

Patrice Brachet : « Monsieur Ferrand, en tant qu'administrateur et gestionnaire d'un chevelu, je viens de me prendre la tête avec le patron de la police de l'eau. On nous interdit de pomper alors que la ressource est là, ceci au nom de la solidarité mais surtout de l'ambiance actuelle anti-irrigation. Mon interlocuteur me demandait de proposer des solutions de remplacement et finit par me dire de créer une réserve. Or, c'est impossible en sol karstique ! Donc, je lui suggère de pomper l'eau dans le ruisseau. Je vous laisse deviner sa réponse... Moralité : après une heure de palabre, aucune solution. Je sais déjà ce qui se trame pour l'avenir. Il n'y aura plus d'irrigation dans mon coin ! »

Pipo : « Plutôt que de promouvoir des réserves dans les jardins des particuliers, (...) vous devriez marteler que l'irrigation en France en représente que 2 % de la pluviométrie annuelle ! Ça, au moins, c'est percutant ! »

Une vraie politique de l'eau, «une question de survie» !

grr : « En cas de niveau d'étiage trop bas des rivières, voire même des à-sec, les stations d'épuration ne pourront même plus fonctionner, car leurs rejets doivent être dilués avant de rejoindre le milieu naturel. La solution : stocker en hautes eaux pour maintenir et utiliser en basses eaux. Ça, c'est du bon sens aux antipodes du buzz médiatique ou des discours politiques ! »

Titian : « Les ouvrages comme celui qui réalimente mon cours d'eau ont été souvent portés par les seuls agriculteurs. Malheureusement, une bonne partie de la ressource sert à diluer les pollutions domestiques. »

Patrice Brachet : « Un petit chevelu dans une vallée encaissée, où l'on pourrait stocker des milliers de mètres cubes qui pourraient être relâchés en période sèche pour entretenir le milieu, même ça c'est compliqué. Il va falloir faire tomber tous les tabous et en France, on est les champions pour en créer ! »

paysan89 : « Il y a bientôt 40 ans que la politique de l'eau et, en particulier, son stockage font l'objet d'une non-politique. Pour des visées électorales, le parti socialiste au pouvoir à l'époque et ses alliés verts ont sacrifié la gestion de l'eau au nom de contre-vérités, de  non-sens et, plus grave, de mensonges ! Le stockage de l'eau est la seule solution pour garantir, à tous, l'accès à cette ressource plus utile à la survie de l'humanité que le pétrole. Les anciens l'avaient compris depuis des siècles et cela n'a jamais nui à la biodiversité, aux paysages et à l'activité humaine. Politiques, administrations et agences de tout poil font tout pour détruire l'existant et empêcher de préparer l'avenir. C'est aujourd'hui au peuple d'exiger la remise à plat de la politique de l'eau. Une question de survie ! Le bon sens existe encore dans ce pays à condition d'enlever, aux technocrates, le pouvoir de nuire !! (...) »

steph72 : « L'État préfère en effet taper sur les agriculteurs avec des ZNT à 150 m des maisons. Même pas d'aides pour passer le cap difficile de cette sécheresse 2019. Il risque d'y avoir encore une augmentation des cessations d'activité dans le secteur agricole ! »


© Tous droits de reproduction réservés - Contactez Terre-net

Tags

A lire également

Chargement des commentaires


Contenu pour vous