Bilan météorologique Premier bilan de décembre : doux et pluvieux

MN Terre-net Média

Le contraste est saisissant entre l'automne 2011 particulièrement sec et le mois de décembre en cours, qui voit un véritable défilé de perturbations dans un flux océanique doux. Un premier bilan met en évidence le caractère très pluvieux de ce dernier mois de l'année, selon Frédéric Decker de MeteoNews.


Les précipitations représentent entre le double et le triple de la
normale sur les trois-quarts du pays. (© Terre-net Média)

Les conditions météo dépressionnaires ont dominé en tout début de mois et surtout du 12 au 17, occasionnant des précipitations très fréquentes (19 jours sur 20 par exemple en Ile-de-France) et souvent abondantes. Il est entre autres tombé le triple de la normale à Lille (124 mm au lieu de 40 mm) et La Rochelle (150 mm pour une moyenne de 50 mm). Ce chiffre de 150 mm relevé à La Rochelle en 19 jours se rapproche du record de décembre 1982 qui comptabilisait 178 mm (mais en 31 jours!).
Les précipitations représentent entre le double et le triple de la normale sur les trois-quarts du pays, sauf près de la Méditerranée où, au contraire, il a peu plu : 5 mm seulement à Perpignan, soit 14 % de la normale. La Corse se démarque avec des précipitations souvent excédentaires, avec 69 mm pour une moyenne de 39 mm à Ajaccio. Après un tout début de saison difficile, les montagnes retrouvent une couche de neige souvent importante grâce aux derniers épisodes neigeux conséquents.

Un excédent thermique de 3,5 degrés

Sans surprise, et dans la continuité de cette année 2011 exceptionnellement chaude, décembre présente jusqu'à présent un excédent thermique remarquable : 3,5 degrés en moyenne nationale ! Cet excédent, assez homogène, est un peu plus faible sur l'extrême nord, la Bretagne et le Roussillon (moins de 3 degrés) et supérieur à 4 degrés près des frontières de l'est, sur le Centre, le Bordelais et les Charentes. Le flux océanique omniprésent explique bien évidemment ces températures élevées. Cet écart thermique devrait quelque peu se réduire d'ici le 31 en raison de températures plus proches des normales saisonnières, mais aucune vague de froid ne viendra faire réellement chuter la moyenne.

Le défilé de perturbations n'a pas empêché le soleil de briller : il a brillé de façon souvent excédentaire à l'exception d'une bande reliant les Charentes au nord de la région Rhône-Alpes et de la Corse où il s'est fait relativement discret (48 heures de soleil pour une normale de 70 heures à Ajaccio). Les éclaircies parfois généreuses entre les passages pluvieux ont permis cet ensoleillement tout à fait correct.

Ce mois de décembre très doux vient clôturer une année 2011 exceptionnellement chaude (notamment la fin de l'hiver, le printemps et l'automne). Nul doute que 2011 figurera parmi les années les plus chaudes en France, au même titre que l'année de la canicule : 2003. Sur le bassin Parisien, 2011 est d'ores et déjà l'année la plus chaude devant 2003 et 1994 : il faudrait une vague de froid exceptionnelle d'ici le 31 décembre pour éviter ce record, ce ne sera pas le cas.

Retrouvez toutes les prévisions météorologiques de vos parcelles en cliquant sur :

Observatoire météo

 

D'après un communiqué MeteoNews

© Tous droits de reproduction réservés - Contactez Terre-net


A lire également

Chargement des commentaires


Contenu pour vous