Protection du maïs Quels enseignements après 3 ans sans atrazine ?

Cécile Bertalou Terre-net média

Le colloque sur la protection de maïs organisé par Arvalis-Institut du végétal a été l'occasion de faire un point trois ans après l'interdiction de l'atrazine. Point sur l'évolution de la flore, de l'efficacité des produits, des stratégies et de leur coût. Présentation.

Sandrine Volan, d'Arvalis-institut du végétal, a présenté un bilan des résultats observés au sein du réseau (constitué de chambres d’agriculture, distributeurs et SRPV) qui réalise 100 à 150 essais/ an. Une plus grande diversité des flores présentes dans le maïs depuis l’arrêt de l’atrazine, associée à une perte d’efficacité des produits qui impose une modification des stratégies de désherbage. Tels en sont les premiers enseignements.

Les différentes observations sur la France, mettent en évidence l’émergence au niveau national d’adventices telles que renouées, mercuriales, et plus régionalement arroche étalée ou  pâturin.

 


De nouvelles adventices émergent, s’ajoutant à la flore classique déjà en place (© Arvalis - Institut du végétal)

 

Le stade des adventices au traitement plus que jamais déterminant !

Cette plus grande diversité de flore impose désormais, note Sandrine Volan, plus de rigueur au désherbage. Par exemple, explique-telle, pour un traitement en post-levée, «Le stade des adventices est important. Sur des adventices jeunes, l'efficacité du traitement sera meilleure. Il peut y avoir de grosses différences d'efficacité selon le stade de levée», Et de rappeler qu'aucune augmentation de dose ne peut compenser ce déficit d'efficacité.


Sandrine Volan : «Le stade des adventices au traitement est plus que jamais déterminant !» (© Terre-net média)

 

 


Un traitement le matin aura une meilleure efficacité (© Arvalis)

Les solutions existantes plus sensibles aux conditions d'application

Plus de rigueur nécessaire aussi quand au moment du traitement. «L'efficacité varie pour une application matinale ou en milieu de journée», rappelle Sandrine Volan. Un traitement le matin aura une meilleure efficacité, précise-t-elle.

Les trois dernières années ont montré l'évolution des stratégies. La stratégie avec traitement en pré-levée seul décroit sur les trois dernières années au profit de stratégies des traitements en pré-levée et post-levée . Et les stratégies à deux traitements en post levée augmentent aussi tandis qu'il est observé une baisse sur 2004 des stratégies à un seul traitement en post-levée.

En moyenne, 62 euros pour désherber un hectare de maïs

Ces évolutions dans les stratégies de traitement ont un coût «très variable selon la stratégie choisie» note Sandrine Volan.  «En 2004, en moyenne, il fallait compter 62 euros pour désherber un hectare de maïs. Il faut viser l'efficacité, mais cela a un coût !»  indique Sandrine Volan. Elle cite pour exemple la stratégie qui implique deux passages en post-levée avec un coût de 71 euros/ha, et la stratégie associant deux traitements, l'un en pré-levée et l'autre en post-levée : le coût du désherbage est alors de 74 euros/ha.

 


En moyenne 62 euros/ ha (© Terre-net média)

 

Pour aller plus loin...Dans les semaines à venir, d'autres articles vous présenteront les nouvelles stratégies pour le traitement du maïs.

© Tous droits de reproduction réservés - Contactez Terre-net

Tags

Contenu pour vous