Régent France : l'interdiction du fipronil (Régent) remise en cause par le Conseil d'Etat

AFP

Le Conseil d'Etat a annulé lundi l'interdiction des produits au fipronil, comme l'insecticide Régent du groupe BASF, décidée le 24 février 2004 par le ministère français de l'Agriculture.

Le Conseil d'Etat, suivant ainsi les recommandations du 9 mars du  commissaire du gouvernement, fonde sa décision sur le fait que le ministre de  l'Agriculture de l'époque, Hervé Gaymard, n'avait pas accordé à la société  BASF Agro, filiale du groupe allemand BASF, le nombre de jours suffisants pour  formuler ses observations, avant de prendre sa décision, selon l'avis du  Conseil d'Etat dont l'AFP a obtenu une copie.

Les observateurs du secteur, et même BASF Agro, s'attendent à ce que le  nouveau ministre de l'Agriculture Dominique Bussereau prenne la même décision  d'interdiction que son prédécesseur.

Interrogé par l'AFP un porte-parole de BASF Agro a déclaré que le groupe  "prenait acte de la décision du Conseil d'Etat d'annuler la décision du  ministre".

Bayer Agro entend, selon lui, "apporter tous les éléments de preuves de  l'inocuité du Régent pour l'homme, les abeilles et l'environnement dans la  perspective de l'évaluation européenne qui devrait intervenir avant la fin de  l'année".

En fin d'après-midi le ministère de l'Agriculture n'avait pas encore réagi  à la décision du Conseil d'Etat.

Le Régent TS est l'un des insecticides les plus utilisés par les  producteurs de maïs et de grandes cultures.

La décision d'annulation découlait de l'avis de la commission d'étude de la  toxicité (Comtox) qui recommande de ne pas inscrire le fipronil sur la liste  des substances autorisées en raison des préoccupations graves que suscite ce  produit sur l'environnement et plusieurs espèces animales, notamment les  abeilles.

Plusieurs enquêtes judiciaires, dont celle d'un juge de Saint-Gaudens qui a  mis en examen BASF Agro, s'intéressent aux insecticides Régent TS et Gaucho (à  base d'imidaclopride et fabriqué par Bayer CropScience) accusés par les  apiculteurs de décimer les abeilles.


© Tous droits de reproduction réservés - Contactez Terre-net


Contenu pour vous