Produits phytosanitaires Hervé Gaymard veut créer une agence "pour la santé des végétaux"

AFP

GRAND BORNAND (Haute-Savoie), 1er avril 2004 - Le ministre de l'Agriculture Hervé Gaymard, confirmé dans ses fonctions, a fait de la vigilance sur les insecticides et les pesticides une de ses priorités, en clôturant jeudi le 58ème congrès de la FNSEA (Fédération Nationale des Syndicats d'Exploitants Agricoles).

M. Gaymard a annoncé qu'il souhaitait "mettre en place rapidement une agence pour la santé des végétaux". Rappelant que la France "est un des pays qui utilisent le plus de pesticides dans le monde", M. Gaymard a indiqué que cette agence devrait réunir "des scientifiques de divers horizons, des spécialistes de santé publique, des agronomes et des experts de la sélection végétale".

La question des insecticides et des pesticides, dont plus d'une centaine ont été retirés du marché depuis l'an dernier, agite depuis un bon moment le monde agricole.

Le 23 février, M. Gaymard avait décidé de suspendre la vente des insecticides à base de fipronil, dont le Régent produit par BASF, accusés par les apiculteurs de causer une surmortalité chez les abeilles.

Mercredi, le Conseil d'Etat a demandé au gouvernement de réexaminer l'autorisation de mise sur le marché du Gaucho pour le maïs, produit par Bayer.

Le ministère a souligné mercredi soir que "le réexamen de l'autorisation du Gaucho sur le maïs est déjà en cours". Il a rappelé avoir demandé en mars à la Commission d'étude de la toxicité d'actualiser ses avis sur les risques du Gaucho, et aux fabricants et utilisateurs du produit de présenter leurs observations.

M. Gaymard, accompagné de Nicolas Forissier, le tout nouveau secrétaire d'Etat à l'Agriculture, a d'autre part annoncé "la création d'un fonds unique regroupant dès 2005 les différentes sources de financement de l'Etat et permettant d'optimiser le co-financement européen" pour la modernisation des bâtiments d'élevage, soumis à de nouvelles normes environnementales.

En 2003, l'enveloppe consacrée à ces bâtiments était de 45 millions d'euros. M. Gaymard propose de la porter à 55 M EUR en 2004 puis à 60 M EUR en 2005. Avec l'effet de levier des financements européens ce montant devrait s'élever, selon M. Gaymard, à 85 M EUR en 2006 et à 120 M EUR par an à partir de 2007.

Le ministre a d'autre part annoncé qu'il proposerait prochainement au Premier ministre de mettre en place un système d'assurances pour indemniser les agriculteurs en cas de calamités naturelles (sécheresse, inondations, gel, etc.) pour remplacer l'actuel dispositif géré par l'Etat.

L'addition a été salée en 2003, en raison principalement de la canicule. Un peu plus de 1,3 milliard d'euros d'indemnisations et d'exonérations fiscales ont eté mobilisés par l'Etat pour les exploitations agricoles, dont 400 M EUR au titre du fonds national pour les calamités, selon le ministère de l'Agriculture.

Répondant à une demande du président de la FNSEA, Jean-Michel Lemétayer, M. Gaymard a affirmé qu'il n'était "pas question de tolérer les pratiques illégales" de la grande distribution, concernant les "marges arrières" --des ristournes déguisées que les distributeurs obtiennent au titre d'une coopération commerciale réelle ou supposée--, ce secteur s'ingéniant selon lui depuis 20 ans à "tourner les dispositions" prises par les pouvoirs publics.

Enfin, le ministre a annoncé la publication prochaine du décret sur la taxe destinée à payer l'équarissage et assuré qu'elle serait bien à la charge de la distribution et non des éleveurs.



© Tous droits de reproduction réservés - Contactez Terre-net


Contenu pour vous