Antilimace Axcela profite d'un procédé d'extrusion inédit pour des performances améliorées

Terre-net Média

Lonza, spécialiste du métaldéhyde qu'il synthétise pour les acteurs de l'industrie phyto, lance son propre antilimace dont il confie la commercialisation à Jouffray-Drillaud en France.

« Issu de trois ans de développement, le procédé d'extrusion d’Axcela, explique Sophie Langlois, gérante de Lonza France, par voie humide et à température élevée, permet d’obtenir un granulé contrôlant les limaces plus rapidement qu’auparavant. » En effet, la température élevée confère à l’amidon une structure gélatineuse. Les granulés, après épandage, absorbent l’humidité du sol, ce qui les rend plus mous. « Sa texture gélifiée le rend plus facile à consommer par les limaces, mais aussi plus résistant à la pluie pour une protection de longue durée. »

 

« Un appât consommable plus rapidement par le ravageur assure une protection plus précoce des plantules, intervient Freddy Pierrard, responsable produit molluscicide chez Jouffray-Drillaud. De plus, tous les granulés sont identiques, en forme, taille et densité, ce qui permet une distribution égale et précise et une meilleure résistance à la casse, quel que soit le type de machine d’application. Ce bon calibrage permet une meilleure couverture au sol et augmente la probabilité de rencontre avec les limaces. Les essais ont montré une réduction de 40 % du délai de rencontre entre le mollusque et l’appât, comparé à un appât classique. »

Aujourd’hui, Axcela est autorisé en cultures de colza, céréales à paille, betteraves à sucre, pomme de terre, lin et pavot. Des extensions d’homologation sur tournesol et maïs sont attendues prochainement. Jouffray-Drillaud recommande d’appliquer Axcela en plein à la dose de 4 kg/ha. L’innovation Lonza est proposée en sac de 16 kg.

Le métaldehyde est une molécule qui a la particularité de se décomposer à l’aide de micro-organismes en dioxyde de carbone et en eau. Le métaldehyde vise spécifiquement les mollusques (limaces et escargots) en détruisant de manière irréversible les cellules de mucus qui leur sont indispensables pour maintenir leur peau humide et se déplacer. Après absorption de métaldéhyde, les limaces arrêtent de se déplacer, de manger et meurent.


© Tous droits de reproduction réservés - Contactez Terre-net

Tags

A lire également

Chargement des commentaires


Contenu pour vous