Colza Des avancées génétiques pour faciliter l’obtention des hybrides

Bénédicte Normand Terre-net média

Les avancées récentes des chercheurs de l’Inra en matière de système génétique d’obtention des hybrides devraient permettre le développement de la sélection d’hybride de colza dans les années à venir.


(© B.N., Terre-net)

Pour obtenir des variétés à haut rendement, la recherche s’oriente depuis quelques années vers la production d’hybrides. Les hybrides, issus de croisement entre des parents assez éloignés génétiquement, sont plus difficiles à obtenir que les lignées car le colza est une plante qui s’autoféconde naturellement. Ils possèdent cependant une caractéristique particulière : la vigueur hybride. « Il semble qu’en France, les avantages offerts par les hybrides ne compensaient pas jusqu’à présent les contraintes rencontrées pour les obtenir. » explique l’Inra.

Dans les années 90, les chercheurs de l’Inra ont développé des lignées mâles stériles pour éviter l’autofécondation. Seulement, le mâle stérile ne pouvant s’autoféconder, il ne peut donner de graines. Pour résoudre le problème, les chercheurs de l’Inra ont créé une lignée restauratrice de fertilité. Le croisement des lignées mâle stérile et restauratrice permet l’obtention d’un hybride fertile.

Restaurer la fertilité

« Un progrès majeur a été récemment accompli en identifiant le gène de restauration, ce qui permet maintenant de sélectionner à l’aide de marqueurs moléculaires les lignées restauratrices contenant ce gène. » annonce l’Inra. « Cette technologie est à la disposition des semenciers qui le désirent et devrait permettre un fort développement de la sélection d’hybrides de colza dans les 5 à 10 ans à venir. »


© Tous droits de reproduction réservés - Contactez Terre-net


Contenu pour vous