Interculture Le mélange d'espèces a le vent en poupe

P.E.B. Terre-net média

En 2009, 70 % des sols ont été couverts en hiver. En 2012, ils devront l'être tous obligatoirement. Dans ce contexte, la recherche se penche sur la mise en place de couverts d’hiver faciles à installer et à détruire et qui apporteraient un maximum aux sols. Les mélanges paraissent une bonne solution pour parvenir à ces objectifs.


Exemple de mélange : radis chinois + vesce pourpre.
(© Terre-net média)

Le mélange des espèces pour les couverts végétaux est une pratique qui tend à se généraliser. Cela permet de limiter les risques inérants à chaque espèce tout en utilisant les qualités de chacune pour optimiser la production de l'espace.

Ces mélanges montrent en effet une certaine régularité dans les essais, mais la répartition des espèces est relativement variable, signe que suivant les conditions de levée, une variété implantée en compense une autre.

Piéger l'azote et favoriser l'apport pour la culture suivante

Le deuxième intérêt de ces mélanges d’espèces pour le couvert végétal est de pouvoir associer des plantes aux comportements très différents vis-à-vis de l’azote.

Ainsi sont associées, dans la majeure partie des cas, une culture piège à nitrates avec une ou plusieurs légumineuses. Les premières comme la moutarde ou l'avoine ont une bonne capacité de piégeage de l’azote mais ne le restituent pas forcement à la culture suivante, tandis que les légumineuses comme la vesce ou la lentille  qui piègent moins bien l’azote, augmentent les fournitures pour la culture suivante.

Choix des espèces et réglementation

Les arrétés préfectoraux du quatrième programme d'action de la directive nitrates ne sont pas encore parus, ils sont prévus pour le 14 juillet 2009.

Les listes de couverts intermédiaires autorisés par département ne sont pas connues de façon définitive. Cependant, les orientations données par l'administration laissent supposer  que la plupart des espèces non-légumineuses  et les mélanges incluant seulement une partie de légumineuse seraient autorisés dans un nombre important de départements.

Les légumineuses ne devraient pas être autorisées en zones vulnérables mais pourraient constituer un engrais vert azoté intéressant dans les autres zones.

 


© Tous droits de reproduction réservés - Contactez Terre-net


Contenu pour vous