Régent/Gaucho La CFE-CGC chimie dénonce une "diabolisation"

AFP

PARIS, le 5 mars 2004 - La CFE-CGC chimie a dénoncé vendredi la "diabolisation des industries de protection des cultures et de leurs salariés" après la mise en cause des insecticides Régent et Gaucho accusés de décimer les abeilles.

La CFE-CGC chimie "dénonce la diabolisation des industries de protection des cultures et de leurs salariés, accusés de mettre en danger l'écologie de la planète au détriment des lois et de la morale élémentaire", a indiqué le syndicat dans un communiqué.

Selon lui "le Régent et le Gaucho, comme tous les produits phytosanitaires, sont soumis de la même manière que les médicaments en pharmacie humaine, à une procédure d'autorisation longue et draconienne". La CFE-CGC souligne également que, selon elle, "il n'est pas démontré que la mortalité des abeilles soit liée à l'utilisation de ces insecticides - d'autant, affirme-t-elle - qu'aucun taux de mortalité élevé n'a été constaté dans certains pays comme l'Italie et la Suisse où ces produits sont fréquemment utilisés".

De son côté, le syndicat CGT de la société Bayer CropScience, qui fabrique l'insecticide Gaucho, déclare "attendre avec responsabilité que la Justice fasse son travail et détermine la vérité" sur ce dossier. "Nous avons confiance en son pouvoir d'élucider cette affaire en toute indépendance vis-à-vis des pressions politiques, économiques et des intérêts particuliers", indique la CGT de Bayer CropScience vendredi dans un communiqué.

Le ministre Hervé Gaymard a annoncé le 26 février la suspension de la vente des insecticides à base de Fipronil, en premier lieu le Régent du groupe BASF, accusés de provoquer une surmortalité chez les abeilles. Toutefois, il a autorisé les agriculteurs à utiliser les stocks de semences déjà traitées pour les semis de printemps.



© Tous droits de reproduction réservés - Contactez Terre-net


Contenu pour vous