Lutte contre les pucerons La Fop et Terres Univia satisfaits de l'homologation de Teppeki sur colza

Terre-net Média

L'Anses vient de valider l'homogation de Teppeki sur colza à l'automne. Alors que de nombreux agriculteurs étaient démunis face aux attaques de pucerons sur la culture, la Fop et Terres Univia se disent satisfaits de cette avancée. Ils soulignent toutefois l'importance d'une utilisation raisonnée et raisonnable.

L'insecticide utilisé sur pucerons Teppeki vient d'être homologué par l'Anses (Agence nationale de sécurité sanitaire de l'alimentation, de l'environnement et du travail) pour son application sur colza en protection d'automne. La Fop (Fédération des huiles et protéines végétales) et Terres Univia (Interprofession des huiles et protéines végétales) se disent satisfaits de cette décision, « résultat d'un travail important de l'ensemble des acteurs de la filière oléo-protéagineuse ».

« Les producteurs de colza se trouvaient dans une véritable impasse technique les conduisant à des choix douloureux et cruciaux », rappellent la Fop et les acteurs de la filière. Les cultures d'oléagineux sont en effet importantes « pour l'économie locale et l'emploi au travers de la valorisation de l'huile, mais aussi pour satisfaire les besoins en alimentation humaine ou animale au travers de la protéine. » De plus, de nombreux agriculteurs se sont trouvés « démunis face aux graves attaques de pucerons qui ravagent leurs cultures », allant jusqu'à s'interroger sur l'intérêt de cultiver ou non du colza.

La Fop et les acteurs de la filière souhaitent toutefois souligner l'importance d'une « utilisation raisonnée et raisonnable de ce produit », préconisée par Terres Inovia. Ils sont d'ailleurs engagés dans le Contrat de solutions « afin de trouver des solutions alternatives permettant de réduire l'usage et l'impact des produits phytosanitaires tout en assurant l'avenir des exploitations (développement de variétés de colza résistantes aux viroses transmises par les pucerons) ».

Suite à cette décision d'homologation, Arnaud Rousseau, président de la Fop, et Antoine Henrion, président de Terres Univia déclarent : « nous tenons à saluer cette décision courageuse, prise au terme d'un processus scientifique rigoureux et impartial. Elle est une vraie bouffée d'oxygène pour des producteurs qui, dépourvus de solution et confrontés à des situations de trésorerie tendues, pourront de nouveau redonner au colza toute sa place au sein de leurs exploitations. Il importe maintenant d'avoir cette dérogation sur pois et féveroles dans les plus brefs délais sous peine de voir ces cultures disparaître définitivement de nos territoires ».


© Tous droits de reproduction réservés - Contactez Terre-net

Tags

A lire également

Chargement des commentaires


Contenu pour vous