Agriculture durable La vision des agriculteurs et des consommateurs diffère

HB Terre-net Média

Une étude de Basf auprès d'agriculteurs et de consommateurs dans sept pays différents dans le monde révèle une différence de compréhension de l’agriculture durable.

Le groupe BASF a mené une étude sur la vision de l'agriculture et de ses perspectives auprès d'agriculteurs et de consommateurs de sept pays différents dans le monde.Le groupe Basf a mené une étude sur la vision de l'agriculture et de ses perspectives auprès d'agriculteurs et de consommateurs de sept pays différents dans le monde. (©Basf)

Si les consommateurs et les agriculteurs s’accordent sur le fait qu’une agriculture durable est importante, leurs définitions du concept divergent. C’est ce que révèle une étude menée pour la deuxième fois par l'institut mondial des études de marché, Market Probe, pour Basf entre mars et avril 2014 auprès de 2.100 agriculteurs et 7.000 consommateurs de sept pays différents (Brésil, Chine, France, Allemagne, Inde, Espagne et Etats Unis).

Pour les agriculteurs, la durabilité de l’agriculture prend en compte plusieurs dimensions notamment sociale et environnementale. Ainsi lorsqu’ils sont interrogés sur leur compréhension de la notion d’agriculture durable, ils évoquent les aspects environnementaux tels que la « protection des sols » (40 %), « l'utilisation des terres » (27 %), « l'utilisation de l'eau » (27 %) ou la « protection de la biodiversité » (25 %), mais également les aspects économiques tels que les « salaires agricoles justes » (25 %).

Environnement et alimentation pour la société

En revanche, les consommateurs conçoivent l’agriculture durable de manière plus simple. Leur vision du concept est restreinte à l’aspect environnemental considérant qu'il correspond au « respect de l'environnement » (22 %) ou à la « capacité à produire suffisamment de nourriture pour nourrir la population » (18 %). Les points de vue divergent également sur les pratiques agricoles. Ainsi seulement 37 % des consommateurs considèrent que la protection des cultures se fait de manière responsable alors que 82 % le pensent chez les agriculteurs.

Des disparités s’observent également sur la perception des réglementations tant entre agriculteurs et consommateurs qu'entre agriculteurs des différents pays. Effectivement, alors que les agriculteurs européens (français, allemands et espagnols) jugent qu’il y a actuellement « trop de réglementations appliquées au secteur agricole », les agriculteurs indiens et chinois estiment qu’ils n’en ont pas assez. Les consommateurs partagent également cette opinion car 38 % d’entre eux répondent que « le secteur agricole n'est pas assez réglementé ».

L'avenir en question

Conscients que la production alimentaire est de plus en plus difficile (en raison de l'augmentation des attentes des consommateurs, de la mondialisation des marchés et de la raréfaction des ressources), 76 % des agriculteurs se disent tout de même satisfaits de l'état actuel de leur profession. Ce chiffre est en hausse par rapport à la précédente étude. Lorsqu’est abordée la question de l’avenir de l’agriculture au cours des cinq prochaines années, les agriculteurs pensent à « la disparition des petits agriculteurs » (45 %), « des réglementations plus rigoureuses » (23 %), « des améliorations technologiques » (22 %), « un manque d'eau » (21 %) et « une agriculture plus durable » (19 %). Les agriculteurs français quant à eux voient « une agriculture plus durable » (22 %), « moins de dépendance aux produits phytosanitaires » (22 %), « l'agriculture biologique » (8 %).

Cette étude commanditée par Basf a pour objectif de mieux cerner les attentes de chacun. « Les producteurs et consommateurs ne voient pas la durabilité de la même manière, ce qui explique que les agriculteurs ont du mal à répondre aux exigences de la société », explique le Dr Kristina Winzen, vice-présidente Communication mondiale et Affaires publiques pour la division Protection des cultures de Basf. « Les résultats de l'étude sur les perspectives agricoles nous permettent de mieux relier nos initiatives et le développement de nos activités aux besoins des agriculteurs. Ils soulignent aussi l'importance de promouvoir un dialogue ouvert entre les deux groupes. »


© Tous droits de reproduction réservés - Contactez Terre-net

Tags

A lire également

Chargement des commentaires


Contenu pour vous