Apiculture Les abeilles, aussi importantes pour l'agriculteur que pour l'apiculteur

AFP

Appréciées depuis des millénaires en tant qu'infatigables productrices de miel, les abeilles sont au moins tout aussi importantes pour les agriculteurs que pour les apiculteurs en raison de leur rôle de pollinisateurs.

Certaines cultures, comme les céréales, expliquent les biologistes, sont en effet entièrement dépendantes du transport de pollen entre leurs fleurs, plus exactement entre les organes reproducteurs qui y sont situés, par les insectes. Aujourd'hui, ce "travail" est assuré essentiellement par les abeilles, devenues grand sujet d'actualité suite au danger que fait peser sur leur sort, selon les apiculteurs, l'utilisation de certains insecticides. L'entreprise BASF Agro et son président ont été mis en examen mardi à Saint-Gaudens (Haute Garonne) dans le cadre d'une enquête sur la surmortalité des abeilles.

La grande importance des insectes des ruches vient de la raréfaction des pollinisateurs sauvages (papillons diurnes, différentes "mouches", abeilles non domestiques, bourdons...), eux-mêmes déjà victimes de certaines pratiques agricoles et du recours aux produits phytosanitaires en particulier.

De surcroît, faciles à élever et regroupées dans des essaims faciles à déplacer, les abeilles sont des pollinisateurs très efficaces, essentiels surtout pour l'arboriculture (amandier, pommier, cerisier...). Dans un verger, elles assurent 80 à 85% du volume total de transport de pollen. Dans le cas du kiwi, une butineuse peut transporter sur son corps jusqu'à 100.000 grains de pollen, alors que les autres (à l'exception du bourdon) en portent dix à cent fois moins.

Plus de 25.000 espèces d'abeilles ont été identifiées à travers le monde, généralement solitaires, et neuf seulement d'entre elles appartiennent aux espèces sociales regroupées au sein du genre "Apis", dont huit vivent dans le Sud-Est asiatique et une, "Apis mellifera" (abeille mellifère, "qui rapporte du miel"), en Europe et en Afrique. Cette abeille a été introduite par l'homme également en Amérique et en Australie.

Curieusement, à l'échelle de l'évolution, les abeilles semblent avoir été absentes pendant très longtemps en Europe et en Afrique. Les chercheurs estiment qu'elles n'ont colonisé ces deux continents qu'il y a 50.000 à 100.000 ans puis, au fil du temps, probablement sous l'influence des glaciations, elles ont formé 25 sous-espèces (ou races).

Celles-ci se différencient par leur morphologie (longueur de la langue, couleur de l'abdomen, nervures des ailes...) et leur comportement, mais elles peuvent toutes être croisées entre elles. Parmi elles, une abeille originaire des savanes d'Afrique devenue tristement célèbre sous le nom d'abeille tueuse depuis sa malencontreuse importation, à des fins de croisement, en Amérique du Sud.



© Tous droits de reproduction réservés - Contactez Terre-net

Tags

Contenu pour vous