Fipronil Les apiculteurs estiment qu'écouler les semences est juridiquement interdit

AFP

PARIS, 27 février 2004 - L'Union nationale de l'apiculture française (UNAF) a estimé vendredi lors d'une conférence de presse que l'écoulement par les agriculeurs de leurs stocks de semences traitées au Fipronil (Régent), un insecticide accusé de décimer les abeilles, est juridiquement interdit.

"Sur le plan juridique, nous estimons que la portée exacte de la décision de justice du juge Guary amène à retirer la totalité des usages du Fipronil (principe actif du Régent) et ce dès le 17 février 2004, ce qui de facto interdit les semis avec les semences enrobées Régent dès la campagne 2004", a déclaré à l'AFP le porte-parole de l'UNAF, Franck Aletru.

Cette interprétation juridique, qui va à l'encontre de la décision prise lundi par le ministre de l'Agriculture Hervé Gaymard d'autoriser les agriculteurs à utiliser pour les semis de printemps les semences enrobées dont ils disposent, a été développée par l'avocat de l'UNAF Me Bernard Fau. Le juge d'instruction Jean Guary est chargé, à Saint-Gaudens (Haute-Garonne), de l'enquête sur les effets de l'insecticide Régent. "Nous ne comprenons pas que le ministère ait donné l'autorisation de semer un produit qu'il a reconnu lui-même toxique. Tout l'incitait à le retirer, sachant pertinemment que les alternatives aux insecticides systémiques d'enrobage existent et sont connus de tous dans le monde agricole, entre autres les microgranulés, qui ne posent aucun problème d'un point de vue de la santé des abeilles ni de la santé humaine", a ajouté M. Aletru.

L'UNAF a par ailleurs nié "toute récupération politique" et remis en cause la validité d'une étude de l'Agence française de sécurité sanitaire des aliments (Afssa) réalisée en 2000 qui relativisait les effets négatifs du Gaucho, l'autre insecticide accusé par les apiculteurs de décimer les abeilles. "Nous avons en fait des soutiens de tous les milieux politiques. Le seul bastion qui résiste est l'équipe de M. Gaymard, avec la DGAL (Direction générale de l'alimentation, au ministère de l'Agriculture). C'est le seul bastion qui préfère entendre les sirènes de l'agrochimie", a jugé M. Aletru.

"La soi-disant étude de l'Afssa était connue de tous et n'a pas été retenue comme valide, ni pertinente, tant elle est truffée d'hérésies et de fautes, par le Comité scientifique et technique nommé par le ministre de l'Agriculture et qui a présenté dès le 18 septembre 2003 ses conclusions confirmant la toxicité de l'imidaclopride du Gaucho", a déclaré M. Aletru. "Les multinationales font feu de tout bois pour essayer d'enrayer la mécanique" vers l'interdiction des insecticides, a conclu le porte-parole de l'UNAF.

Le Gaucho est commercialisé par l'allemand BASF et le Régent TS par la société Bayer CropScience France. BASF Agro et Bayer CropScience France ont été mis en examen par le juge Guary.



© Tous droits de reproduction réservés - Contactez Terre-net


Contenu pour vous