Robotique agricole Levée de fonds de 3 M€ pour Naïo Technologies en plein développement

HB Terre-net Média

Naïo Technologies annonce une nouvelle levée de fonds de 3 millions d’euros auprès de ses actionnaires historiques, des fonds d’investissements Emertec et Cap Agro et en s'appuyant sur une campagne de crowdfunding sur Wiseed pour financer son développement.

Fondée en 2011 par deux ingénieurs en robotique Gaëtan Séverac et Aymeric Barthes, la start-up toulousaine conçoit des robots agricoles avec un triple objectif : réduire la pénibilité du travail, limiter l’impact environnemental de l'agriculture et améliorer la rentabilité des exploitations.

En 2015, Naïo Technologies a lancé Oz, un robot capable de se déplacer de manière autonome dans les parcelles grâce à un système de guidage laser et de vision caméra et d’éliminer les mauvaises herbes. 30 robots Oz ont depuis été achetés principalement par des maraîchers sur 1 à 10 de SAU. Le marché potentiel se chiffre à 6 000 exploitations en France. Des essais avec Bonduelle sont en cours. En coopération avec Carré, Naïo Technologies a lancé un deuxième robot, Anatis. Avec ce robot bineur pour les productions légumières de plein champ (> 10 ha), l'entreprise entre sur le marché des 30 000 exploitations françaises fournissant l’industrie agroalimentaire. En partenariat avec l’IFV, le Laas-CNRS et le groupement coopératif Vinovalie, Naïo Technologies travaille actuellement sur un robot enjambeur capable de désherber 5 ha par jour en vigne. Ce modèle devrait être commercialisé courant 2016.

Pour accompagner sa croissance et son développement, la start-up a sollicité une levée de fonds auprès des fonds d’investissements Emertec, CapAgro et la société Syselec. Soutenue par BPI France, BNP Paribas et le Crédit Coopératif sous forme de prêts et avances remboursables, Naïo a également lancé une campagne de crowdfunding sur la plateforme Wiseed. « Cette nouvelle levée de fonds va nous permettre de renforcer notre département commercial et de recruter des ingénieurs, pour continuer l’effort d’industrialisation, le travail sur l’autonomie des robots, et le développement au national et à l’international », précise Aymeric Barthès.

L’entreprise souhaite lancer sur le marché de nouveaux robots pour les grandes cultures légumières et la vigne d’ici 2018. Pour Eric Marty, membre du directoire d’Emertec, « Naïo dispose des atouts nécessaires pour devenir un leader européen dans le secteur en pleine expansion de la robotique agricole ». La start-up se distingue par « sa maîtrise des technologies de pointe liées à la robotique, comme le guidage, la vision, l’analyse mathématique des données, combinée à la connaissance du monde agricole et de ses besoins ».


© Tous droits de reproduction réservés - Contactez Terre-net

Tags

A lire également

Chargement des commentaires


Contenu pour vous