Produits phytosanitaires Règlement européen : moins de produits, plus de résistances ?

Bénédicte Normand Terre-net média

Les scientifiques de 7 pays européens s’inquiètent des effets que pourrait avoir la nouvelle législation européenne sur les produits phytosanitaires. Réduire la gamme des produits disponibles pourrait favoriser l’apparition de résistance.

Une déclaration signée par 8 scientifiques de 7 pays européens

  • Dr. Pablo Bielza, Universidad Politécnica de Cartagena (Espagne) 
  • Dr. Ian Denholm, Rothamsted Research (Royaume-Uni) 
  •  Dr. Udo Heimbach, Julius Kühn Institut (Allemagne) 
  • Dr. Philippos Ioannidis, Plant Protection Institute of Thessaloniki (Grèce) 
  • Andy Leadbeater, Fungicide Resistance Action Committee (Suisse) 
  •  Paul Leonard, Insecticide Resistance Action Committee (Belgique) 
  •  Lise Nistrup Jørgensen, University of Aarhus (Danemark) 
  • Dr. Guido Sterk, Biobest (Belgique)

« La réduction de nombre de pesticides engendrera l’apparition de résistances ». C’est pour alerter les institutions européennes sur ce sujet que des scientifiques de 7 pays européens ont signé la "déclaration de Ljubljana" en Slovénie le 22 avril 2008. En effet, le projet de règlement européen actuellement proposé par le Parlement pourrait aboutir à la suppression de 70 à 85% des substances qui resteront à l’issue du processus de révision de la directive 91/414 qui a déjà engendré une suppression de plus de 50% des matières actives disponibles. Or, en réduisant la palette des substances à disposition, la pression va se faire plus forte sur les produits restants, augmentant ainsi le risque d’apparition de résistance.

Jusqu’à présent, le problème des résistances a souvent été résolu grâce à la mise en marché de nouveaux produits mais les scientifiques s’inquiètent des capacités de l’industrie phytopharmaceutique à fournir suffisamment de solutions pour remplacer les produits interdits et ceux qui deviendront inefficaces. Un nouveau produit nécessite 10 ans et 200 millions d’euros d’investissement. Les conditions de mise en marché ne permettent à l’industrie de ne lancer que 5 nouvelles substances actives/an.


Seulement 5 nouvelles substances /an (© B.N., Terre-net)

 

Un investissement de 200 millions d'euros

« Afin de sauvegarder la production alimentaire à des prix abordables, il est essentiel d’offrir aux agriculteurs un accès à une diversité acceptable en matières de solutions pour la protection des cultures. Il est essentiel de prévenir ou de retarder le développement de parasites résistants, et de maintenir l’efficacité des produits pour la protection des cultures restants » a indiqué le Dr Ian Denholm, porte parole des scientifiques.

 

Pour en savoir plus :

Règlementation phytosanitaires - Jean-Charles Bocquet, Uipp : « Une disparition à terme de la quasi-totalité des insecticides »

Produits phytosanitaires - Projet de règlement européen : 10 à 50 % de production en moins selon les cultures

Réglementation phytos européenne - En 2012, des importations de vin pour pallier la chute de production


© Tous droits de reproduction réservés - Contactez Terre-net


Contenu pour vous