Adjuvants Progression de l’utilisation des adjuvants en 2017

CLG Terre-net Média

Connus depuis une vingtaine d’années, l'utilisation des adjuvants progresse toujours dans le domaine de la protection des cultures. En effet, leur marché a noté une hausse de 3 % en 2017, dans un contexte de baisse globale de l’utilisation des phytosanitaires.

En 2017, malgré des utilisations de spécialités phytosanitaires en baisse, le marché des adjuvants enregistre une progression de 3 %, pour atteindre 62 millions d’euros. 88 % des adjuvants ont été utilisés en grandes cultures avec des usages en hausse de 12 %. La libéralisation du marché sucrier en octobre 2017, notamment, a joué un rôle dans cette augmentation.

En parallèle, de nouveaux usages commencent à se mettre en place, comme l’adjuvantation des herbicides de pré-levée. En 2017, 61 % des adjuvants ont effectivement été utilisés avec des bouillies herbicides, 21 % avec des fongicides, 14 % avec des insecticides et 4 % avec des régulateurs de croissance. Les mouillants et les sulfates représentent 70 % des adjuvants vendus en France, 30 % des adjuvants commercialisés dans l’hexagone sont des huiles.

Sur l’année passée, l’Association française pour les adjuvants a travaillé avec les instances officielles telles que l’Anses, la DGAL ou l’Ibma. Sophie Coquin, membre de la commission communication de l’Afa, déclare : « Grâce à notre action, le recours à l’adjuvantation sur bouilles fongicides céréales en T2 a reçu la validation au titre des CEPP. Les arguments développés autour du rôle des adjuvants pour la mise en œuvre de pratiques plus économes en produits phytosanitaires, tout en maintenant le niveau de rendement font donc mouche ! »

Asseoir le rôle anti-dérive des adjuvants
« Bien souvent, le rôle des adjuvants dans la gestion de la dérive est mal compris. Pourtant, en recalibrant la pulvérisation en sortie de buse, les adjuvants limitent bel et bien la dérive. Ils autorisent une homogénéisation significative de la taille des gouttelettes de la bouillie et évitent ainsi que les plus petites ne se dispersent dans l’air, sans même toucher leur cible. »

En 2018, l’Afa travaillera sur des outils pédagogiques afin que le rôle des adjuvants sur ce point précis soit intégré par les utilisateurs.

Pour cette nouvelle année, l’Afa souhaite donc poursuivre cette démarche autour des CEPP et étendre son marché au domaine des produits biologiques, de biocontrôle et des fertilisants d’origine naturelle. 


© Tous droits de reproduction réservés - Contactez Terre-net
Tags

A lire également

Chargement des commentaires


Contenu pour vous