L'actu de Terres Inovia Tour de plaine des cultures oléo-protéagineuses

Terre-net Média

Terres Inovia réalise un point sur les cultures oléo-protéagineuses dans le nord-est de la France. Alors que la période de floraison se termine pour les colzas, les parcelles en retard commencent à fleurir. Un bon départ de campagne pour les tournesols, dont les semis se sont déroulés dans de bonnes conditions. Du côté des protéagineux, pas de problème sanitaire. À surveiller, la présence de sitones pour les pois de printemps et les symptômes d'ascochytose pour les pois d'hiver.

ColzaPoint sur l'avancée des cultures oléo-protéagineuses.  (©Terre-net Média)

Point colza : la floraison se termine, les parcelles en retard fleurissent

ColzaForte hétérogénéité entre parcelles de colza cette année. (©Terres Inovia) Les colzas atteignent le stade G2 à G4 dans une majorité de cas et les plus en avance sont défleuris. Pour le moment, il est assez difficile de se faire une idée du potentiel de l’année du fait de l’hétérogénéité importante observée entre parcelles, parfois à proximité immédiate : le pire côtoie le meilleur.

La plupart des parcelles signalées en retard de floraison sont maintenant en train de fleurir mais en présentant de l’hétérogénéité et des avortements de boutons floraux. Ces problèmes peuvent être liés à différents facteurs parasitaires, climatiques et physiologiques rencontrés tout au long du cycle de végétation. Dans la majorité des cas, le colza devrait compenser son retard de floraison, sans qu’on puisse préjuger de l’impact sur la production finale.

Grêle, pluies et neige ont localement fait des dégâts

Dans l’Oise particulièrement (et encore plus en Normandie), les vents forts, la forte pluviométrie et localement la neige du 30 avril 2018 ont fait verser des colzas de façon importante. Ces colzas pourront certainement partiellement se redresser et le principal risque potentiel identifié dans ces situations sera l’alternaria.

Des passages orageux violents ont provoqué quelques dégâts de grêles notamment  en Lorraine.

Conditions favorables au sclérotinia

Le stade de sensibilité est aujourd’hui atteint dans plus de 95 % des situations et les parcelles sont protégées pour l’essentiel. Avec les précipitations des derniers jours, l’humidité dans les parcelles et la présence de pétales (contaminées) sur les feuilles, les conditions sont favorables au développement de la maladie.

Présence modérée du charançon des siliques

La présence de charançon des siliques est modérée à ce jour quel que soit le secteur. Des larves de charançons de la tige du colza peuvent être observées à l’intérieur des tiges ainsi que des larves de méligèthes sur fleur. Les pucerons cendrés ne sont quasiment pas observés pour l’instant.

Point tournesol : Un bon départ de campagne

Tournesol Les parcelles sont actuellement entre le stade levée et première paire de feuilles voire deuxième paire de feuilles pour les plus précoces. (©Terres Inovia)Des levées rapides

Avec le retour d’un temps sec chaud sur la fin mars, les semis de tournesol ont pu être réalisés aux dates optimales (fin mars à mi-avril) et dans de bonnes conditions. Toutefois quelques semis ont été réalisés trop tôt, dans des conditions de ressuyage limite, avec pour conséquence un lit de semis motteux et des levées irrégulières : mauvais contact graines-sol et semences non recouvertes.
Les tournesols ont profité des conditions chaudes du mois d’avril pour lever rapidement.

Quelques dégâts d'oiseaux

Les dégâts d’oiseaux se sont intensifiés depuis une semaine même si dans l’ensemble les attaques sont plutôt de faible intensité à ce jour. Quelques dégâts de limaces sont aussi signalés.
De rares pucerons noirs de la fève ont été signalés. À noter que ce puceron est peu nuisible pour le tournesol et ne provoque pas de « crispation » de la plante comparé à son homologue, le puceron vert du prunier.

Point protéagineux : Bon état sanitaire général

Pois de printemps

Les pois de printemps atteignent de 2 à 6 étages foliaires. La présence de sitones est toujours importante même si les averses et le temps frais de la semaine dernière ont freiné leur activité. Néanmoins, leur présence reste à surveiller régulièrement. Ce risque s’amenuise avec l’avancée des stades et les parcelles les plus avancées (6 feuilles) sortent de la phase de sensibilité. À noter qu’à ce jour les pois de printemps n’ont pas de problème sanitaire.

Pois d’hiver

Les stades progressent rapidement et sont compris entre 8 étages foliaires à début floraison. Des symptômes d’ascochytose sont visibles sur les étages inférieurs et intermédiaires.

Féverole de printemps

Les stades vont de levée à 8 feuilles. Les baisses brutales des températures de ces derniers jours ont ralenti l’apparition de nouvelles feuilles.
Les sitones sont toujours très actifs et les morsures sur les feuilles sont signalées sur la majorité des parcelles. Contrairement à la culture du pois, on ne connaît pas la nuisibilité des sitones sur la culture de féverole : c’est la raison pour laquelle il n’existe pas de seuil de nuisibilité de cet insecte sur cette culture.


© Tous droits de reproduction réservés - Contactez Terre-net

Tags

A lire également

Chargement des commentaires


Contenu pour vous