Couverts végétaux Un label Agrifaune interculture

Terre-net Média

InVivo AgroSolutions et Agrifaune ont créé le label Agrifaune interculture pour distinguer les couverts végétaux bénéfiques à la préservation de la faune sauvage. Quatre mélanges de semences d’interculture commercialisés par Semences vertes profitent déjà de cette initiative.

Pour faciliter le repérage des mélanges labellisés, le logo sera apposé sur les sacs de semences.
Pour faciliter le repérage des mélanges labellisés, le logo sera apposé sur les sacs de semences. (© DR)

Refuges pour la petite faune de plaine (perdrix, faisans, lièvres, alouettes) et sources alimentaires (végétaux, graines, nectar, pollen et insectes), les intercultures présentent un fort intérêt pour la faune sauvage et les insectes auxiliaires des cultures, tels que les carabes ou les insectes pollinisateurs. Les membres du réseau Agrifaune et InVivo ont créé le label Agrifaune interculture pour la promotion des mélanges présentant un intérêt agrofaunistique.

Quatre mélanges d’intercultures de la gamme Semences Vertes ont été labellisés Agrifaune interculture. Le premier mélange est composé de 73 % de vesce commune, 20 % de sarrasin et 7 % de radis tardif. Le second de 80 % de vesce commune, 10 % de phacélie et 10 % de moutarde tardive. Le troisième de 80 % d’avoine diploïde, 10 % de phacélie et 10 % de moutarde tardive. Enfin, le quatrième de 55 % de sarrasin, 27 % de radis tardif et 18 % de phacélie. D’autres mélanges sont en cours de labellisation.

Avantages multiples pour la faune, les insectes, etc.

« Ces mélanges sont une alternative pertinente aux couverts " 100 % moutarde " qui sont une solution simple mais pauvre en bénéfices agronomiques et faunistiques, précise un communiqué InVivo/Agrifaune. Les crucifères, comme le radis ou la moutarde, apportent au couvert un développement rapide, une bonne capacité de piégeage des nitrates et un rôle de structuration du sol. Certaines espèces comme la perdrix grise ont, en période hivernale, une alimentation constituée de pousses de céréales et de légumineuses d’où l’intérêt d’introduire de l’avoine ou de la vesce. Par ailleurs, la vesce est capable de piéger l’azote de l’air pour le rendre assimilable par les plantes. Le sarrasin est une plante très attractive pour la faune sauvage. Sa floraison attire les insectes pollinisateurs et la plante est consommée par le gibier. La grenaison du sarrasin, lorsqu’il est implanté suffisamment tôt, bénéficiera à tout un cortège d’oiseaux. Enfin, la phacélie est appréciée pour son caractère mellifère. »

Créé par des acteurs des milieux agricole et cynégétique - Apca (Assemblée permanente des Chambres d’agriculture), Fnsea (Fédération nationale des syndicats d’exploitants agricoles) Fnc (Fédération nationale des chasseurs) et Oncfs (Office national de la chasse et de la faune sauvage), le programme Agrifaune a pour ambition de favoriser un développement agricole durable, compatible avec la préservation et le développement de la biodiversité.

© Tous droits de reproduction réservés - Contactez Terre-net


A lire également

Chargement des commentaires


Contenu pour vous

Terre-net Média