Adama Une seule marque, un groupe unifié, pour accéder au podium de l'industrie phyto

Terre-net Média

Makhteshim Agan, leader d'origine israëlienne, des solutions phytosanitaires hors brevets markétées devient Adama. Le groupe, ainsi unifié, mise sur la croissance de ses résultats et le développement de son offre sur de nouveaux créneaux de marché notamment.

Ignacio Dominguez, AdamaIgnacio Dominguez : « Le nom Adama est le fruit d’une intense réflexion. Mot hébreu qui signifie la terre, le sol, le terrain, il est prononçable dans les 37 langues avec lesquelles nous travaillons. Ad pour advance, ma pour Makhteshim Agan, adam l’homme, dama la femme, ama la terre mère… » (©Terre-net Média)

Makhteshim Agan, leader mondial des solutions hors brevet marketées, devient Adama. L’entreprise emploie 4.500 personnes dans plus de 110 pays et commercialise quelque 1.400 produits. Ignacio Dominguez, directeur des opérations commerciales monde, numéro 2 du groupe, témoigne du fait que « chacune des 56 filiales possède son organisation, son image, ses marques... Cette anarchie empêche la construction d’une identité propre et forte au niveau du groupe ». La construction d'Adama doit y remédier. « Nous souhaitons bâtir une entreprise, avec sa culture, son identité propre, une seule marque présente partout dans le monde. »

La Chine, cœur stratégique du développement

Au niveau économique, Adama prépare son entrée en bourse pour la fin d’année, pour « entrer dans le cercle des acteurs mondiaux reconnus pour leur stratégie et leur modèle responsables. Ce statut donne également accès à de nouvelles sources de financement. »

Le développement du groupe repose sur trois piliers : le développement de la plateforme chinoise, celui d’une offre produits hybrides, et l’évolution vers le digital et les supports numériques. 

Ignacio Dominguez : « Notre plateforme en Chine, actionnaire principal d’Adama, nous offre la possibilité d’accéder à la technologie nécessaire à notre volonté de croissance. En effet, 16 % des brevets mondiaux en nanotechnologie ont été déposés par la Chine en 2013. Y travailler nous facilite l’accès à l’innovation. Aujourd’hui numéro 7 mondial de l'industrie phyto, nous souhaitons monter sur le podium. » Adama projette ainsi de développer son portefeuille avec de nouvelles solutions, toujours sur le segment hors brevet mais pas seulement, et annonce son entrée sur le marché des semences.

Des bidons colorés

Jean-Marc Dardier, directeur marketing monde, présente les évolutions de la gamme en lien avec la nouvelle identité visuelle de l’entreprise. « Le design du logo sera décliné pour tous les supports de la marque en particulier sur les produits. Un code couleur va distinguer les bidons d’herbicides, de ceux de fongicides, insecticides et régulateurs de croissance. » Par ailleurs, l'offre sera segmentée. Une gamme Advanced regroupera les produits à valeur ajoutée, porteurs d’innovation, les Essentials assurent robustesse et fiabilité, et des bidons non markétés seront aussi proposés. Les bidons bénéficieront par ailleurs d’améliorations, au niveau de l'ergonomie par exemple, au service du confort et de la sécurité de l’utilisateur. »

Adama annonce aussi des innovations produits, comme le positionnement du Folpel comme fongicide céréales, un créneau inédit, des services et la mise en place d'un réseau collaboratif entre utilisateurs. « Adama France prévoit une quarantaine de projets dans les cinq prochaines années, dont vingt solutions originales à valeur ajoutée, avec l’objectif d’atteindre 10 % de parts de marché. Nous attendons sept herbicides, notamment en céréales et betteraves, huit fongicides sur céréales, vigne et pomme de terre, et autre insecticides foliaires et traitements de semences, régulateur. »


© Tous droits de reproduction réservés - Contactez Terre-net

Tags

A lire également

Chargement des commentaires


Contenu pour vous