Maïs grain Les variétés testées dans le Centre-Est

Terre-net Média

Commentaires de Jean Molines, ingénieur régional d'Arvalis-Institut du végétal, sur les essais 2009 de variétés maïs grain, pour le Centre-Est.


Résistance au stress hydrique bien marquée
pour les variétés déjà connues. (© Terre-net Média)

Le comportement des variétés de maïs en 2009 est lié à la couverture des besoins en eau sur la période estivale, de mi-juin à fin août. A cet égard, les bassins de production de maïs n’ont pas été soumis aux mêmes contraintes :
- sècheresse intense des secteurs nord-Isère, Dombes côtières et Dombes,
- secteurs plus favorisés par la pluviométrie estivale : Bresse de l’Ain et de Saône-et-Loire, Val-de-Saône nord, Finage, Plaine de Dijon, Grésivaudan,
- secteurs sans problème majeur, terres irriguées.

Dans ce contexte, l’expérimentation met en évidence une résistance au stress hydrique nettement marquée pour des variétés déjà cultivées et pour quelques nouveaux hybrides testés cette année pour la première fois. L’absence de développement de maladies sur épi en 2009 ne nous permet pas de qualifier les variétés nouvelles sur le critère de la qualité sanitaire. Il faudra donc être prudent dans la culture de ces nouvelles variétés en zone à risque.

L'Alsace a bénéficié de conditions très favorables

En Alsace, Didier Lasserre, ingénieur régional d’Arvalis, met l’accent sur le fait que la récolte des variétés testées s’est faite à cinq points d’humidité de moins que le niveau habituel. Les essais ont tous bénéficié de très bonnes conditions et, contrairement, à d’autres régions, n’ont pas subi de stress hydrique. Pour palier la sécheresse d’août, soit les réserves en eau ont suffi aux maïs après un mois de juillet pluvieux, soit l’irrigation a fait son office. L’Alsace termine à 110 q/ha de rendement moyen avec de nombreux cas à 125 ou 130 q/ha.

Les tableaux de résultats d'essais
Sud-Est et vallée du Rhône
Nord-Est et Centre-Est

Accédez directement aux différentes séries
Variétés précoces (série 11)
Variétés demi-précoces cornées dentées C1 (série 12)
Variétés demi-précoces dentées C2 (série 13)
Variétés demi-tardives (série 14)
Variétés tardives (série 15)
Variétés très tardives (série 16) 


Les variétés précoces (série 11)
La génétique Kws domine ce groupe des variétés précoces. Elle apporte une bonne productivité dans tous les compartiments de précocité de cette série. Certaines variétés de cette gamme sont sensibles à l’helminthosporiose. La génétique Maïsadour est aussi très présente dans ce groupe avec notamment quatre nouvelles inscriptions. La moyenne des neuf essais du regroupement se situe à 112 q/ha pour une humidité de 24,9 %.

Les variétés de référence
DKC3420, confirme sa grande précocité dans ce groupe. Malgré sa floraison tardive, sa grande vitesse de dessiccation la positionne comme la plus précoce de ce groupe. Elle est strictement dentée : c’est la seule variété dentée de la série. Son rendement est en baisse relative depuis deux ans.
KONFIANS est régulièrement productive ces dernières années. Elle se situe dans la deuxième partie du groupe sur le plan de la précocité. Sa sensibilité à l’helminthosporiose est son point faible.
AMELIOR confirme sa bonne productivité. Elle se situe en milieu de groupe aussi bien pour le potentiel que pour la précocité. C’est une des variétés les plus tolérantes à l’helminthosporiose. Mais elle est sensible à Fusarium graminearum sur épi.
ANJOU 277 a cette année une productivité moyenne cette année. Elle se place en milieu de groupe en matière de précocité. Elle est la plus tolérante à l’helminthosporiose de cette série.
STORM, nouvelle variété dans cette série, témoin « rappel de la série des très précoces ». Sa productivité est remarquable compte tenu de sa précocité.
Les variétés en 3e année
MARCELLO confirme sa bonne productivité sur les trois années de présence dans le réseau. Elle se situe dans la deuxième partie du groupe sur le plan de la précocité.
CRISPI est en retrait cette année à 98,4 % de la moyenne générale. Sa tolérance à l’helminthosporiose est très intéressante. Sa qualité sanitaire est correcte.
Les variétés en 2e année
ZIDANE, AMBROSIUS, KOHERENS et MERCURIO sont largement au dessus de la moyenne générale de cette série. ZIDANE est précoce, AMBROSIUS, tardive. ZIDANE est sensible à l’helminthosporiose, de même que KOHERENS
LG3235 a un rendement proche de la moyenne générale et régulier depuis deux ans. Elle est assez tolérante à l’helminthosporiose.
NK FARMTOP a une productivité inférieure à la moyenne générale depuis deux ans. Elle apporte de la tolérance à l’helminthosporiose.
Evaluation des nouvelles variétés
Six nouvelles variétés franchissent la barre des 100 % de la moyenne générale en rendement. Ce sont, par ordre de précocité, KLAMAS, DKC3398, TRIOMPH, MAS 21 D, KOMPROMIS et MAS 26 K.
KOMPROMIS est la plus productive des nouvelles inscriptions.
DKC 3398 est une variété mixte, grain et fourrage.
TRIOMPH offre un bon rapport productivité/précocité
Au-delà de productivité et de la précocité, KLAMAS et TRIOMPH sont caractérisées par une bonne vigueur au départ et une floraison précoce.
KOUTELAS, WILXXON, MAS 23B, ES SIGMA et MAS 24D sont très proches de la moyenne générale. ES SIGMA a été inscrite en grain et en fourrage. DKC 3398, WILXXON et MAS 21D sont en milieu de groupe aussi bien sur le plan du rendement que sur celui de la précocité. MAS 22D, dont la productivité approche celle de ces dernières variétés, est strictement cornée.
ANJOU 284 et AGRO MANA sont un cran en dessous, à 98 % de la moyenne générale.
LG3240, bien que précoce, est un peu décevante sur le plan du rendement. De même que STIVI CS. Cette dernière variété est sensible à l’helminthosporiose.


Les variétés demi-précoces cornées dentées (série 12)
Avec 122 q/ha en moyenne sur six essais et une humidité de 21,9 %, les résultats de cette série sont représentatifs du comportement du maïs en zone intermédiaire, relativement correctement alimentée en pluies pendant la saison d’été.

Les variétés de référence
Pour DK315, 2009 est une bonne année avec un rendement proche de 104 % de la moyenne générale. Elle se situe en milieu de groupe. Sa grande régularité en culture en situation à potentiel moyen en fait une variété incontournable.
CRAZI maintient encore une année de plus sa productivité autour de la moyenne générale. Sa texture cornée la maintient à un niveau d’humidité plus élevé que les autres variétés.
PR38H20 est en retrait cette année. Sur le plan de la précocité, elle est dans la deuxième moitié du groupe. Elle est sensible au Fusarium graminearum.
DKC 4250 a toujours une grande régularité de rendement. Elle est précoce.
FRIEDRIXX est la plus précoce des variétés de référence. Sa productivité est correcte à 100,5 % de la moyenne générale. Attention à sa sensibilité au Fusarium graminearum.
Les variétés en 2e année
DKC 3984, HOOKERA, et TYCOON sont testées pour la 2e année. HOOKERA donne un bon résultat pour la 2e année consécutive. Malheureusement, la coloration violette de certains de ses grains l’empêche de trouver un débouché commercial. TYCOON est en retrait en termes de potentiel avec 97,1 %.
DKC3984 confirme sa productivité. Elle est précoce, à l’identique du DKC 4250.
HOOKERA et TYCOON sont sensibles à l’helminthosporiose turcicum. Signalons aussi que les variétés PR38H20, DK315, CRAZI et FRIEDRIXX ne sont pas indemnes d’helminthosporiose.
Evaluation des nouvelles variétés
Parmi les nouvelles variétés, DKC 3890 et LG 3301 tirent leur épingle du jeu : elles sont précoces et leur productivité est correcte.
BRITANIA, très sensible à l’helminthosporiose, a une productivité moyenne et se situe à la moyenne des humidités de la série.
RUBISCO, variété cornée dentée, doit être reconsidérée dans le groupe des précoces.
DKC 3399, variété cornée dentée, a vraiment un potentiel faible dans notre région. Elle est, de plus, sensible à l’helminthosporiose.


Les variétés demi-précoces dentées (série 13)
Avec une moyenne de 127 q/ha, pour une humidité moyenne de 22,9 %, les sept essais qui constituent le regroupement de cette série sont représentatifs des zones de culture où se développent cette précocité : Ain, Isère, plaine de Dijon, plaine d’Alsace, Val-de-Saône nord, Finage. Cette série est dominée par la génétique Dekalb. Dans les situations les plus difficiles sur le plan climatique, des variétés nouvelles, comme DKC 4990, ont montré une réelle rusticité.

Les variétés de référence
DKC 4475 montre une grande régularité au fil des ans, entre 100 et 102 % de la moyenne générale, y compris en alimentation hydrique restreinte. C’est une des variétés les plus précoces de ce groupe.
TEXXUD, un peu plus tardive, maintient sa productivité autour de 100 % de la moyenne générale.
MAXXIS, bien qu’en retrait cette année, est toujours une des variétés les plus productives de cette série en toutes conditions. A bas niveau d’humidité, sa précocité se situe au milieu de ce groupe de précocité. A niveau élevé, elle est proche d’un indice 400. Sa qualité sanitaire peut être mise en défaut en semis et récolte tardifs.
Les variétés en 3e année
DKC 4371 confirme une année de plus sa grande régularité en toutes situations, y compris en situation difficile. Elle est en milieu de groupe dans cette série.
MAS 37V nous a étonnés cette année en situation difficile. Elle est en milieu de groupe en termes de précocité. Elle affiche une bonne tolérance au Fusarium graminearum de l’épi.
Les variétés en 2e année
DKC 4372, pour la 2e année consécutive, a une forte productivité dans cette série qui s’exprime bien en conditions favorables. Elle est plus tardive et gagne deux points d’humidité par rapport au DKC 4475. Attention aux conditions de culture dans les zones favorables à l’expression du Fusarium graminearum en fin de cycle.
PR38A79 est assez précoce. Sa productivité est en retrait cette année. Elle a un bon comportement vis-à-vis du Fusarium graminearum. Elle est plus fragile vis-à-vis du F. graminearum moniliforme.
ES FORTRESS et ES QUADRON sont en retrait cette année. Le contexte de l’année ne leur a pas été favorable. En tout état de cause, elles sont à éviter en zones stressantes !
Evaluation des nouvelles variétés
SHEXXPIR est la nouvelle variété prometteuse de cette série en termes de rendement et aussi bien en situation à potentiel élevé qu’en situation stressante. Elle est charnière avec la série des variétés demi-tardives.
DKC 4990 est certainement une variété à suivre. Son comportement est tout à fait honorable en situations favorables mais c’est surtout en situations de stress hydrique marqué qu’elle a révélé des potentialités intéressantes. Sa précocité est proche de celle de DKC 4372, mais à niveau d’humidité élevée, elle se rapproche des indices 400.
P9076 a un vrai comportement de variété d’indice 350. Régulière en rendement et précocité dans toutes les situations que ce soit en potentiel élevé ou au contraire en situations stressantes.
LG 3391 est pénalisée par sa tardiveté et d’autant plus que l’on est dans des situations à déficit hydrique important.


Les variétés demi-tardives (série 14)
Ce groupe de précocité représente une part très importante des variétés cultivées dans notre région. Les six essais qui ont permis le regroupement sont situés dans l’Ain, l’Isère, le Rhône et le nord de la Drôme. Quelques essais conduits en « sec » donnent aussi des indications intéressantes sur la résistance au stress hydrique. Par ailleurs, l’helminthosporiose est présente de façon récurrente dans les bassins de production où sont cultivées les variétés demi tardives – Grésivaudan, marais de Bourgoin, plaine de l’Ain. La tolérance génétique est une bonne méthode pour limiter les effets de cette maladie. Il faut donc être attentif au choix variétal dans ces milieux.

Les variétés de référence
SAXXOO et PR38A24, les plus précoces, sont en retrait sur le plan du potentiel pour la 3e année consécutive. Même en contexte difficile, elles sont aussi aujourd’hui dépassées par les nouvelles variétés.
DKC 4778 subit cette même érosion. DKC 4778 est au milieu du groupe en termes de précocité.
DKC 4950, plus tardive, a des résultats très élevés, y compris en milieu difficile ce qui est étonnant car DK 4950 était considérée jusqu’à présent comme peu rustique. Elle se situe en fin de groupe sur le plan de la précocité. Attention tout de même dans les zones à forte pression d’helminthosporiose.
PR37F73 confirme sa précocité en se plaçant au milieu de ce groupe. Sa productivité est très régulière au fil des ans.
MAXXIS, rappel de la série précédente, est nettement moins productive que la majorité des variétés de ce groupe. Elle est bien sûr précoce.
ES ARCHIPEL, rappel de la série 15, est finalement plus précoce que DKC 4959 ou DKC 5170. Elle a une bonne productivité.
Les variétés en 3e année
ROXXY confirme une grande régularité de rendement depuis trois ans. Elle se situe au milieu du groupe sur le plan de la précocité. Dans les zones à helminthosporiose, elle peut révéler les symptômes de la maladie. Bon comportement en milieu stressant.
REALLI CS maintient sa productivité autour de 101 %. Elle se situe au centre du groupe en termes de précocité. REALLI CS ne présente pas de sensibilité particulière à l’helminthosporiose.
STAMENCO, très fortement en retrait cette année. Elle a présenté une sensibilité à l’helminthosporiose.
Les variétés en 2e année
LG 3411 est en retrait par rapport à 2008 sur le plan du rendement. Elle se situe dans la 1ère partie du groupe en termes de précocité. Avec 101,5 % de la moyenne générale, elle est en très bonne position pour le rapport précocité /productivité. Elle présente d’autre part une qualité sanitaire correcte. Elle est tolérante à l’helminthosporiose et au Fusarium graminearum de l’épi.
DKC 5170, plus tardive, en limite de la série 15, confirme sa forte productivité observée en 2008. Elle a aussi l’avantage d’un gabarit moyen. Sa qualité sanitaire est correcte.
Evaluation des nouvelles variétés
DKC 4995 se présente comme un phénomène biologique au vu de ses résultats 2009 : la meilleure productivité de cette série aussi bien en condition favorable qu’en milieu stressant.
Précocité se situant dans la 1ère moitié du groupe. Avec, en potentiel élevé, deux points d’humidité de moins que DKC 4950 et en conditions stressantes, cinq points de moins.
Seul ombre au tableau, DKC 4795 n’est pas indemne d’helminthosporiose. Sa qualité sanitaire doit être aussi vérifiée, 2009 année parfaitement saine, n’ayant pas permis de réaliser cette notation. DKC 4795 doit confirmer ces résultats très prometteurs.
PHILEAXX a aussi des résultats prometteurs. Dans la lignée du DKC 4950, elle assure le même résultat net si l’on intègre productivité et frais de séchage. Elle se situe entre 1,5 et 4,5 points de moins que DKC 4950. Elle est sensible à l’helminthosporiose. Attention, sa qualité sanitaire doit être consolidée.
P0021 est juste au niveau de la moyenne générale. Elle se situe dans la deuxième partie de ce groupe de précocité. Elle est tolérante à l’helminthosporiose.
MAS 46 A n’a pas une productivité suffisante pour se développer dans ce créneau de précocité.
LABELLI CS est un hybride tardif, à la limite de la série 15, et d’autant plus tardif que le niveau d’humidité à la récolte est élevé. Très sensible à l’helminthosporiose.


Les variétés tardives (série 15)
Groupe de précocité très important dans les zones d’excellence de notre région, gravier irrigué, limon profond pas toujours irrigué. Cultivées pour leur forte productivité et leur souplesse vis-à-vis des aléas climatiques, les variétés de cette série nécessitent des semis précoces. Dekalb et Pioneer sont très présents dans ce groupe de précocité. Le rendement moyen des six essais est de 154 q/ha à 22,4 % d’humidité.

Les variétés de référence
PR35Y65 n’a pas donné de bons résultats cette année. Son rendement est très inférieur à celui des années précédentes et son niveau d’humidité plus élevé qu’habituellement, car elle dessèche moins rapidement que les autres hybrides.
ES ARCHIPEL fait la différence par sa précocité. Elle a un comportement de variété demi-tardive, d’autant qu’elle fleurit précocement. ES ARCHIPEL est une variété très régulière. Sa productivité relative est constante depuis trois ans. Elle est tolérante à l’helminthosporiose.
PR36K67 est dans la moyenne de la série aussi bien sur le plan du rendement que sur celui de l’humidité. Elle n’est pas indemne de Fusarium moniliforme.
DKC5783, témoin de la série suivante, est naturellement plus tardive. Sa productivité est remise en cause face à des variétés plus précoces
ES PAOLIS est un révélateur de la présence de Fusarium graminearum sur les épis compte tenu de sensibilité. Cette variété n’a pas d’intérêt dans notre région.
Les variétés en 3e année
MAS 52C est décevante cette année. Elle est proche de la moyenne de la série du point de vue de l’humidité à la récolte. Elle peut s’avérer sensible au Fusarium graminearum.
AACIENDA est décevante cette année en rendement. Elle est précoce, donc conserve un certain intérêt. Elle est sensible à l’helminthosporiose.
Les variétés en 2e année
LG 3535 est régulière en productivité. Elle se situe dans la moyenne en termes d’humidité. Elle est sensible à l’helminthosporiose.
ES ANTALYA est en retrait cette année. Son humidité la situe dans la deuxième partie de ce groupe de précocité.
Evaluation des nouvelles variétés
LG 3490 a la meilleure productivité de la série. C’est une plante de grande taille avec une insertion haute des épis. Elle est plutôt précoce dans ce groupe. Il est nécessaire de valider sa qualité sanitaire. A essayer tout de même.
PR34N61 a une bonne productivité pour une précocité intéressante. Fort potentiel de grains/m².
DKC 5190 a un rendement très correct. Elle offre un bon compromis productivité/précocité. Elle a un Pmg élevé.
DKC 5699 a le même potentiel que DKC5190 mais est un peu plus tardive. Elle a un fort potentiel d’installation de grains au m².
KOXX est à la moyenne générale en rendement. Elle est un peu tardive. Elle présente une bonne tolérance à l’helminthosporiose.
PR34Y02 est décevante aussi bien sur le plan du rendement que sur celui de la précocité.


Variétés très tardives (série 16)
Cette série offre des variétés à très forte potentialité. Mais ces potentiels ne peuvent s’exprimer que dans les secteurs les plus chauds de notre région, plaine de Valence et plaine de Montélimar, basse vallée du Rhône. Ailleurs, en plaine de Lyon et en plaine de l’Ain, la réussite des variétés très tardives est liée à la date de semis, avant le 10 avril. Le rendement moyen des cinq essais est de 156 q/ha à 24,6 % d’humidité.

Les variétés de référence
MITIC maintient au fil des ans sa productivité au niveau de la moyenne générale du groupe. C’est un indice 600 ne présentant pas de défaut majeur.
PR33A46 domine depuis quatre ans ce groupe de précocité par sa productivité. Cette variété est à peine plus précoce que MITIC. Mais attention à une certaine sensibilité à l’helminthosporiose.
DKC5783 se situe toujours autour de la moyenne générale. Elle est dans la première partie de ce groupe en termes d’humidité à la récolte.
ES CAJOU est légèrement en dessous de la moyenne générale. C’est une des variétés les plus précoces de la série.
PR34P88 est vraiment très tardive, trois à quatre points d’humidité en plus par rapport à PR33A46 et pour une productivité bien moindre.
Les variétés en 3e année
ES MILONGA se situe à la moyenne générale en rendement. C’est la plus précoce de la série. Elle a un bon comportement vis-à-vis de l’helminthosporiose.
Les variétés en 2e année
LYNXX est proche du rendement moyen des essais. Cette variété est une des plus précoces de ce groupe. Elle est sensible à l’helminthosporiose.
ANADON obtient des résultats très moyens en rendement pour une humidité à la récolte proche de la moyenne du groupe.
Evaluation des nouvelles variétés
Aucune des trois nouvelles variétés ne présente vraiment d’intérêt majeur par rapport à celles testées les années précédentes.
DKC 6089 a un bon rapport productivité/précocité. Mais elle n’est pas indemne d’helminthosporiose.
CORETTA est plus tardive pour une productivité un peu supérieure à la moyenne générale.
DKC 6085 a une productivité un peu faible pour cette série, sans être franchement précoce.


© Tous droits de reproduction réservés - Contactez Terre-net


A lire également


Contenu pour vous