Semences Vilmorin augmente ses ventes au premier semestre grâce au colza et au soja

AFP

Le groupe semencier Vilmorin a subi une perte nette de 39,6 millions d'euros au premier semestre, plus importante que l'an passé (+ 1,5 %), malgré une amélioration de son chiffre d'affaires à 460,4 millions d'euros due à la bonne tenue des semences de grandes cultures, dont le colza et le soja.

Compte tenu de la forte saisonnalité du métier de semencier, Vilmorin affiche traditionnellement une perte au premier semestre de son exercice clos le 31 décembre. Côté ventes, elles ont été soutenues au rayon grandes cultures (+ 5,6 % à 209 millions d'euros) mais ont souffert d'un recul de 3,8 % au rayon semences potagères (239,2 millions d'euros). En Europe, Vilmorin a enregistré une croissance d'activité soutenue, grâce notamment à une campagne commerciale de semences de colza « d'excellente qualité », indique le groupe. « Malgré la diminution marquée des surfaces consacrées à cette culture, directement liée à la sécheresse de l'été dernier, Vilmorin a très fortement accru ses ventes sur cette espèce, en raison d'une génétique extrêmement performante, et gagne en conséquence des parts de marché », ajoute le groupe dans son communiqué. Les ventes de semences de plantes fourragères étaient en forte progression sur le semestre, en particulier en Allemagne et aux Pays-Bas.

Dans un environnement de marchés « toujours moroses », affectés par « le faible niveau des cours des productions agricoles », les portefeuilles de commandes en maïs sont « bien orientés, en particulier en Europe de l'Ouest ». Enfin, les carnets de commandes pour la campagne de semences de tournesol sont « correctement orientés ». En Amérique du Sud, le chiffre d'affaires semestriel est en croissance « mesurée », grâce notamment aux ventes de semences de soja qui affichent une « très forte croissance ». En Argentine, les ventes de semences de maïs progressent « très significativement, en volume et en valeur ».

Pour l'ensemble de l'année, Vilmorin a maintenu ses objectifs en termes de chiffre d'affaires et de marge opérationnelle courante pour l'exercice 2018-2019. Ceux-ci correspondent à une progression du chiffre d'affaires consolidé de 2 % à 3 % à données comparables, et à un taux de marge opérationnelle courante en légère progression, estimée entre 0,5 et 1 point, par rapport à 2017-2018, intégrant un effort de recherche « qui devrait être supérieur à 250 millions d'euros ». Vilmorin a également annoncé la signature d'un engagement pour une durée de 10 ans dans le fonds professionnel de capital investissement PSL Innovation Fund, issu du partenariat entre l'Université PSL (Paris Sciences et Lettres) et la société de gestion Elaia. Adossé à l'Université PSL, premier pôle français de recherche et d'enseignement supérieur, PSL Innovation Fund cible des start-up innovantes à forte composante numérique et technologique, actives notamment dans les secteurs des sciences de la vie, des biotechnologies, de l'agriculture et de l'intelligence artificielle. Les entreprises ciblées, issues de l'écosystème PSL, sont situées principalement en France et dans l'Union européenne.


© Tous droits de reproduction réservés - Contactez Terre-net

Tags

A lire également

Chargement des commentaires


Contenu pour vous