Coopérative agricole Vivadour s'adapte aux changements et poursuit son développement

Terre-net Média

Face à l'évolution des assolements et la progression des cultures bio, le groupe Vivadour s'adapte. Il a réaffirmé, lors de son assemblée générale début décembre, « sa dynamique de développement et sa volonté d'investir sur le territoire ».

Pour l'exercice 2017-2018, Vivadour présente un chiffre d'affaires de 440 millions d'euros, en progression, et dégage un résultat net de 4 millions d'euros. Cette « solidité financière lui permet d'envisager des investissements structurants pour la région », assure la coopérative lors de son assemblée générale début décembre.

Côté productions végétales, le secteur est en pleine évolution et soumis à des contraintes climatiques, économiques et réglementaires : « aléas climatiques, baisse de la culture de maïs au profit d'autres espèces, développement de l'agriculture biologique... ». La collecte du groupe est d'ailleurs à la baisse pour 2017, avec 480 000 tonnes. Pour s'adapter face à ces changements, Vivadour a notamment mis en place une stratégie de structuration de sa filière végétale bio. La coopérative entend ainsi « accompagner ses agriculteurs pour qu'ils puissent réussir durablement, techniquement et économiquement ». Une équipe technique est dédiée à cette activité et les 250 producteurs bio de la coopérative sont réunis au sein d'un groupe spécialisé "les agriculteurs bio de Gascogne". La coopérative renforce aussi son alliance au sein d'Agribio Union. L'objectif : « faire de cette union, un leader des productions végétales bio à destination de l'alimentation humaine et animale ».

Vivadour travaille également à la structuration d'agro-chaînes végétale, animale et bio propre au groupe par les "œuf bio du Gers", "poulet bio du Gers" et "viande bio de Vignasse & Donney" qui doivent utiliser les matières premières végétales bio produites par les adhérents du groupe. En semences grandes cultures, Vivadour a signé un partenariat avec Dupont-Pioneer, entraînant des investissements dans l'usine de semences de Riscles. Du côté des espèces potagères, « l'augmentation de la prise de participation dans la société israélienne Seeds Technologies et la création d'une filiale GSN Afrique reflètent la stratégie de développement à l'international du groupe Vivadour ».

Autre engagement du groupe : la pérennisation de l'assurance Opticlimat. Mise en place en 2015, elle représente « la seule solution de contrat groupe qui prenne en compte l'ensemble des productions végétales, les cultures contractuelles, la vigne et le bio ».  Plus de 80 % des surfaces agricoles des agriculteurs de Vivadour sont couvertes par Opticlimat.


© Tous droits de reproduction réservés - Contactez Terre-net

Tags

A lire également

Chargement des commentaires


Contenu pour vous