Réforme des vins de pays Inquiétude des producteurs alsaciens

AFP

COLMAR, 9 sept 2004 - Les producteurs de vins d'Alsace ont exprimé cette semaine leur inquiétude après l'annonce, en juillet, de la création de "vins de pays" avec mention du cépage: cette mesure réclamée par les producteurs bourguignons et bordelais pourrait être préjudiciable aux crus alsaciens, ont-ils dénoncé dans un communiqué.

"Cette nouvelle donne place le vignoble d'Alsace en porte à faux car le consommateur a pris l'habitude d'identifier l'offre alsacienne grâce au cépage. Le risque est donc grand de voir les vins d'Alsace perçus à tort comme des vins de pays, plutôt que des vins d'AOC", indique le Conseil interprofessionnel des vins d'Alsace (CIVA) dans un communiqué reçu mercredi par l'AFP.

Le CIVA fait référence à un accord entre les professionnels du secteur, annoncé le 21 juillet par le ministère de l'Agriculture, et qui prévoit d'autoriser la création de "vins de pays" avec mention du cépage dans les grandes régions vinicoles où une telle production de moyen-de-gamme était jusqu'à présent impossible pour ne pas ternir l'image des appelations d'origine contrôlée (AOC).

Cette mesure, réclamée notamment par les producteurs bourguignons et bordelais, permettrait à certains viticulteurs de Côte d'Or ou de Gironde de commercialiser comme "vins de pays" des vins jusque là AOC mais de qualité moyenne. "Les producteurs pensent qu'ainsi ils pourraient toucher plus facilement les consommateurs anglo-saxons, pour qui le cépage est un point de repère important", explique Françoise Brugière, de l'Office national interprofessionnel des vins (Onivins).

Cette réforme aurait pour corollaire que les AOC ne pourraient plus faire mention du cépage, afin d'éviter toute confusion entre AOC et vins de pays. "Etant donné l'importance de nos cépages, riesling, sylvaner ou gewurztraminer, dans les noms de nos AOC, il paraît impensable que nous les abandonnions" relève Jean-Louis Vézien, le directeur du CIVA à Colmar, qui redoute cependant les conséquences indirectes de cette mesure: "si le consommateur s'habitue à acheter un vin de pays bordelais identifié avec son cépage, il pourrait croire que le pinot noir alsacien est également un vin de pays. Nous craignons donc une dévalorisation de l'image de nos AOC", ajoute-t-il.



© Tous droits de reproduction réservés - Contactez Terre-net


Contenu pour vous