Yoplait La Fga-CFDT souhaite l'ouverture d'une "véritable négociation"

AFP

La fédération générale de l'agroalimentaire (FGA)-CFDT souhaite jeudi 13 novembre 2003, "l'ouverture d'une véritable négociation" chez Yoplait après la décision du tribunal de Nanterre d'ordonner à la direction de déposer un nouveau plan de sauvegarde de l'emploi.

"La direction se voit condamner à reprendre la procédure à son point de départ sur le volet social lié à son projet d'adaptation économique. La Fga-CFDT espère qu'elle saisira la balle au bond pour établir un véritable dialogue social par l'ouverture d'une négociation avec l'ensemble des syndicats", indique la CFDT dans un communiqué.
Le tribunal de grande instance de Nanterre a demandé mercredi à la direction de Yoplait de revoir son plan de sauvegarde de l'emploi et d'en déposer un nouveau. Ce nouveau plan implique trois nouvelles réunions du comité central d'entreprise et une expertise.
L'action en référé avait été décidé le 31 octobre lors d'un comité central d'entreprise après que les syndicats eurent dénoncé, outre les 315 suppressions d'emploi du plan social, la "suppression masquée" de 338 emplois avec la réduction de postes d'intérimaires, le recours à des CDD, des démissions ou des licenciements, et le déménagement du siège.
Yoplait, numéro 2 du secteur des yaourts et des produits laitiers frais dans le monde et en France, emploie dans l'hexagone environ 2.000 salariés et son chiffre d'affaires y est de 900 millions d'euros.



© Tous droits de reproduction réservés - Contactez Terre-net


Contenu pour vous