Lutte biologique Des hordes d'insectes au secours de l'agriculture

AFP

L'agriculteur moderne dispose désormais d'armées d'insectes qu'il lâche ? l'assaut des prédateurs ravageant ses cultures, dans une lutte biologique sans merci permettant de limiter l'utilisation de pesticides.

Décès arrêté

"Aujourd'hui, la lutte biologique s'inscrit dans le cadre d'une agriculture  durable et respectueuse de l'environnement", souligne l'Inra qui présente au  Salon de l'Agriculture а Paris ses recherches sur ces espèces mises а  contribution pour lutter contre les insectes "ravageurs".

 

Cette guerre, dont les enjeux économiques sont majeurs, est un défi  permanent : avant les années 1900, une espèce exotique arrivait sur notre  territoire tous les 25 ans, alors qu'aujourd'hui il y en a 2 par an,  s'inquiète un chercheur de l'Inra а Sophia-Antipolis, Jean-Claude Malausa.

 

Ces insectes, importés généralement par accident, s'attaquent aux cultures  en abîmant les troncs (capricornes...), en rongeant les feuilles  (chenilles...), en desséchant les jeunes rameaux (psylle de l'eucalyptus...).

Le problème est qu'ils arrivent seuls, sans les prédateurs qui contrlaient  leurs populations dans leurs milieux d'origine.

 

Il va alors s'agir pour les chercheurs d'aller sur place chercher les  "insectes prédateurs les plus proches des cibles" et de les lâcher а leur tour  sur notre territoire pour "rééquilibrer" la nature, note M. Malausa.

 

Cette lutte biologique provoquée n'est pas nouvelle : en Chine, au IIIe  siècle de notre ère, les agriculteurs protégeaient déjà leurs agrumes avec des  fourmis. En France, après la Seconde guerre mondiale, le règne des pesticides  s'est installé, tuant les insectes visés... et les prédateurs naturels.

 

Depuis une vingtaine d'années, l'apport d'organismes dits "auxiliaires",  vivants, inoffensifs pour les consommateurs et l'environnement, s'est  nettement développé. En 1980, selon l'Inra, "2 а 3 espèces d'insectes  auxiliaires étaient utilisées. Il y en a maintenant plus d'une cinquantaine".

 

L'utilisation d'insecticides et d'acaricides pour les cultures de tomates  sous serre ont diminué de 90%, selon cet institut de recherches agronomiques.  Et en 2004, quelque 85 000 hectares ont été traités avec des insectes - des  trichogrammes - pour lutter contre la pyrale du maïs.

 

Les insectes "auxiliaires" tuent directement les ravageurs, ou les  attaquent en pondant dans leurs oeufs, empêchant la naissance de chenilles  dévastatrices.

Il ne s'agit pas "d'insectes modifiés. On les prend dans la biodiversité et  on sélectionne les meilleurs candidats", souligne M. Malausa. "On essaie de  jouer le moins possible aux apprentis sorciers" et grâce а cette prudence, "il  n'y a jamais eu de catastrophe écologique dans la lutte insectes contre  insectes", dit-il.

 

La recherche actuelle d'insectes "auxiliaires" prédateurs vise par exemple  la cicadelle, d'origine américaine, qui s'attaque а plus de 300 plantes hôtes  (pêchers, vignes...) dans le sud de la France, le "ver de la grappe", le  foreur de la canne а sucre, le papillon du géranium, importé d'Amérique du  Sud, etc.

Mais il faut savoir que "lorsqu'une espèce est installe, on ne  l'éradiquera plus", déplore le chercheur. Il est seulement possible  "d'équilibrer la population le plus bas possible".

La catastrophe, c'est l'arrivée sur notre territoire d'un insecte exotique  dont il n'existe aucun prédateur, même dans sa région d'origine. Il est  aujourd'hui а notre porte, avec quelques foyers dispersés : la chrysomèle du  maïs (Diabrotica virgifera), venue d'Amérique centrale via les Etats-Unis.


© Tous droits de reproduction réservés - Contactez Terre-net

Tags

Contenu pour vous