Amélioration de la qualité gustative des tomates Comment utiliser la biodiversité

Inra

Produite toute l'année, la tomate est le second légume consommé en Europe, après la pomme de terre. L'amélioration de la tomate s’est pendant longtemps adaptée aux besoins des producteurs (variétés productives, aptes à la production en serre hivernale, résistantes aux maladies) ainsi qu’à ceux des distributeurs (fruits fermes, ayant une bonne durée de conservation et d'apparence attractive). Afin de répondre aux souhaits des consommateurs, l'amélioration de la qualité organoleptique du fruit est devenue un nouvel enjeu pour les sélectionneurs. C’est l’objet d’un important programme de recherche à l’Inra, basé sur l’exploitation de la biodiversité de la tomate.

A la demande des consommateurs, la qualité des fruits est aujourd'hui prise en compte dans les programmes de sélection. Il s'agit d'un critère composite, multi-caractères (aspect externe et interne du fruit, saveurs, arômes, texture), fortement influencé par les conditions environnementales, avec des relations antagonistes fréquentes, notamment entre qualité et quantité. Analyse de la diversité Les recherches menées visent à mieux maîtriser cette complexité. L'unité Inra de génétique et amélioration des fruits et légumes contribue à l'analyse exhaustive de la diversité et de l'hérédité des composantes de la qualité des tomates. Les chercheurs caractérisent des gènes et des QTL (Quantitative Trait Locus - régions chromosomiques contrôlant les caractères quantitatifs) ayant un rôle déterminant pour la qualité. Les recherches sur l’amélioration de la qualité s’appuient sur une collection de variétés traditionnelles de tomates conservée par l'unité Inra de génétique et amélioration des fru...
Tags

Contenu pour vous