Pommes de terre Déclarez vos surfaces cultivées avant le 30 juin !

Cécile Bertalou Terre-net média

Cette déclaration est nécessaire pour être indemnisé en cas de maladie de quarantaine, avertit l’Union nationale des producteurs de pommes de terre (UNPT).

« Le territoire français est sain », explique l'UNPT qui rappelle cependant qu'en 2004 « 4 producteurs ont été touchés par un foyer de maladie de quarantaine. Des plants d’origine hollandaise contaminés par Clavibacter étaient à l’origine de ce cas. »

Devant le peu d'efficacité des moyens de lutte, les états membres de l'union européenne organisent la surveillance du territoire et la lutte contre la propagation de ces maladies. « La France a mis en place des mesures draconiennes, notamment, la destruction totale des lots contaminés, et l’interdiction de cultiver pendant 4 ans des pommes de terre sur les parcelles contaminées », indique l'UNPT qui à la demande des pouvoirs publics,et en collaboration avec les deux Interprofessions GIPT et CNIPT a mis en place un système d’indemnisation pour les producteurs touchés par des cas de maladies de quarantaine.

« Sous certaines conditions d’éligibilité, le système prévoit l’indemnisation du producteur à hauteur de 80 % des préjudices subis. Une des conditions requises est la déclaration au fonds d’indemnisation des surfaces cultivées », rappelle l’Union nationale des producteurs de pommes de terre.

Plus d'infos, sur le site de l'UNPT, en cliquant Ici.

 Les bactéries Clavibacter michiganensis et Ralstonia sont les agents pathogènes responsables des deux maladies de quarantaine définies par le Service de la Protection des Végétaux pour la culture de pomme de terre : respectivement la pourriture brune et la pourriture annulaire.


© Tous droits de reproduction réservés - Contactez Terre-net


Contenu pour vous