Traitement contre la septoriose Luc Lorin, agriculteur à Digny (28) : « Plus d'un quintal de blé perdu par jour de retard »

Marie-Laure Doucet Terre-net média

Comment maîtriser la septoriose en 2006 ? Pour Luc Lorin, agriculteur à Digny (Eure-et-Loir), il s'agit d'avoir une longueur d'avance sur cette maladie et de traiter au plus juste et au meilleur moment. Témoignage.

 


Luc Lorin
(© DR)

 

« La conjoncture économique nous pousse à diminuer les doses de fongicide, mais il faut être beaucoup plus précis dans le positionnement du jour de l’intervention » explique Luc Lorin. « Une dose élevée maîtrise sans problème les fortes pressions de maladies mais pour une dose divisée par deux ou trois, la partie éradiquante de celle-ci est pratiquement nulle. Cette année, avec une variété sensible à la septoriose, il pouvait y avoir une perte de plus d'un quintal par jour de retard pour l’intervention au stade deux nœuds ! »

Pour suivre ses cultures et raisonner ses choix de traitement

D'où l'importance selon lui d'avoir toujours une longueur d’avance sur la maladie. « A mon avis, pour les années à venir, il sera plus utile de raisonner son intervention, non pas en tâches visibles sur les feuilles, mais plutôt en pourcentage de feuilles ayant des tâches en incubation » explique-t-il.

Mais sans modèle maladie, il est impossible d’avoir ce type de raisonnement. C'est pourquoi Luc a développé un outil pour modéliser la septoriose tritici sur feuille. Il l'utilise pour suivre ses cultures et raisonner ses choix de traitement.

Pour en savoir plus :
(cliquez sur le titre qui vous intéresse)

• « Fiche maladie - Comment maîtriser la septoriose en 2006 ? »

Luc Lorin - Agriculteur, il conçoit des modèles de prévision des maladies des cultures


© Tous droits de reproduction réservés - Contactez Terre-net


Contenu pour vous