Mildiou de la pomme de terre Quelle stratégie d’utilisation des phénylamides adopter face aux résistances ?

Bénédicte Normand Terre-net média

Le suivi des souches de mildiou de la pomme de terre montre une augmentation des souches résistantes aux fongicides à base de phénylamides. Serge Duvauchelle, du Service de la protection de végétaux (Spv), fait le point sur la stratégie d’utilisation des phénylamides à adopter en 2006.


(© Arvalis Institut du végétal)
Le suivi de la résistance aux fongicides à base de phénylamides dans des parcelles du Nord de la France révèle une augmentation de la résistance des souches de mildiou. Avant 2003, on comptait en moyenne 17% de parcelles avec des souches résistantes selon les années. En 2004 et 2005, les chiffres atteignent respectivement 37 et 64%.

« En conséquence, il convient d’être plus rigoureux sur la stratégie d’utilisation des fongicides à base de phénylamides » note Serge Duvauchelle. « Il faut restreindre l’utilisation uniquement en tout début de saison, jamais au-delà du 5 juillet. Au maximum, 2 phénylamides seront réalisées la même année sur la même parcelle. » Serge Duvauchelle rappelle l’importance du respect des doses d’homologation - 2,5kg/ha pour Eperon pépite, 0,4L/ha pour Epok, 2,5kg/ha de Trécatol – et de l’intervalle de traitement de 7 jours. Il est recommandé de ne réaliser aucune application sur mildiou déclaré.

© Tous droits de reproduction réservés - Contactez Terre-net


Contenu pour vous