; Composantes de rendement des pois et féveroles d'hiver Centre-Val-de-Loire

L'actu de Terres Inovia Analyse des composantes de rendement des protéagineux d'hiver

Terre-net Média

Les équipes Terres Inovia réalisent actuellement des tours de plaines afin d'analyser les composantes de rendement des pois et féveroles d'hiver. Exemples dans l'Indre et le Cher.

Pois et féverole d'hiverExemples sur une dizaine de parcelles de pois d'hiver et une dizaine de féverole d'hiver dans l'Indre et le Cher. (©Agathe Penant/Terres Inovia)

Les pois sont à maturité

Dans l'Indre et le Cher, le retour des pluies retarde la moisson des pois d'hiver, après deux semaines très chaudes début juin. Les parcelles sont à maturité, les graines ont repris un peu d’humidité avec les pluies, mais pourraient sécher rapidement au retour d’un temps sec.

Les pois sont restés très sains. Suite aux attaques de bactériose durant le début du printemps, les autres maladies – ascochytose, mildiou, virose – se sont peu développées malgré l’humidité en mai. Néanmoins, le temps humide actuel peut favoriser le développement de saprophytes, se traduisant par des tâches noires sur la végétation. Le stade est trop avancé pour observer des ravageurs. Seules des larves de tordeuses peuvent être observées dans les gousses tout en étant rares dans nos observations. L’enherbement peut être important dans certaines parcelles, notamment en termes de chardons, renouées, folle avoine et ray-grass.

Composantes de rendement

Les pois atteignent 40 à 70 cm de hauteur. Les parcelles les plus impactées par la bactériose sont les moins hautes. La première gousse se situe entre 11,5 et 33 cm de haut.
Les parcelles les plus impactées par l’enherbement, la bactériose et les gelées d’avril portent 3 étages de gousses et 4 gousses en moyenne par tige, quand les plus belles portent jusqu’à 5,5 étages de gousses et 9 gousses en moyenne par tige.

Les graines ont été dénombrées sur l’ensemble des parcelles. On compte en moyenne 4 à 6 graines par gousse pour les premiers étages, et 1 à 3 graines par gousse pour les derniers étages.

Pois d'hiver(©Terres Inovia) 

Hypothèse de rendement

Cette approche reste une approche théorique, basée sur les observations réalisées et deux hypothèses : PMG = 180 à 200 grammes selon la variété et la taille des graines observées ; 1 tige par plante.

Hypothèses de rendement pois d'hiverHypothèses de rendement pour le pois d'hiver.  (©Terres Inovia) 

Les pluies favorisent le remplissage des féveroles

Dans les parcelles de féverole d'hiver de l'Indre et du Cher, le retour des pluies favorise le bon remplissage des gousses, laissant espérer des PMG importants. Les parcelles sont au stade FSLA (floraison stade limite d'avortement), les parcelles le plus avancées défolient.

Les maladies ont été très bien maîtrisées : si la présence de botrytis est ponctuellement observée, la pression reste faible et sans impact direct sur la mise en place des gousses et leur remplissage. En revanche, certaines parcelles présentent des symptômes de virose, mais sans impact fort sur le rendement. Ces attaques peuvent s’expliquer par la présence de pucerons verts, difficiles à observer en végétation et vecteurs de virus. Les pucerons noirs ont, quant à eux, été peu présents. Les floraisons étant terminées, on observe moins d’auxiliaires dans les parcelles. On peut observer des têtes cassées dans de nombreuses parcelles. Ce symptôme ferait suite aux fortes chaleurs de début juin, ayant entraîner une perte de turgescence et une brisure des têtes au dessus des dernières gousses, sans impact néanmoins sur le remplissage.
L’enherbement peut être important dans certaines parcelles, notamment en termes de chardons, renouées, gaillet et folle avoine.

Composantes de rendement 

Les féveroles atteignent 84 à 123 cm de hauteur. La première gousse se situe entre 19 et 29 cm de haut. Les parcelles les plus impactées par l’enherbement, la sécheresse du mois de mars et avril, les gelées tardives d’avril, portent 3,6 étages de gousses et 3,5 gousses en moyenne par tige, quand les plus belles portent jusqu’à 8 étages de gousses et 8,7 gousses en moyenne par tige. 

On compte en moyenne 3,5 graines par gousse pour les premiers étages, et 1 graine par gousse pour les derniers étages. À ce jour, le nombre de graines est fixé. Il reste aux féveroles à terminer leur remplissage, le PMG jouant une part importante dans le rendement final.

Féverole d'hiver(©Terres Inovia) 

Hypothèse de rendement

Cette approche reste une approche théorique, basée sur les observations réalisées et deux hypothèses : PMG = 450 grammes ; 1,5 tige par plante.

Hypothèse de rendement féverole d'hiverHypothèses de rendement pour la féverole d'hiver. (©Terres Inovia)


© Tous droits de reproduction réservés - Contactez Terre-net


Tags

A lire également

Chargement des commentaires


Contenu pour vous

Terre-net Média