Ravageurs du colza Réagir face aux premières captures de charançons de la tige

Terre-net Média

Il vaudra mieux attendre que le vol de charançons de la tige ait pris de l'ampleur pour intervenir. Il s'agit donc de surveiller l'évolution des populations et se tenir prêt.

Dégâts causés par les charançons de la tige du colza. Les charançons envahissent les cultures pour se nourrir et pondre. L'introduction de l'œuf dans la tige provoque une réaction des tissus : la tige se déforme, parfois elle éclate et s'ouvre en longueur. (©Terre-net Média)

Les toutes premières captures de charançons de la tige du colza sont enregistrées dans plusieurs régions. Les ingénieurs du Cetiom de la zone nord-est conseillent de ne pas se précipiter pour appliquer un insecticide. « Il faut attendre un vol plus conséquent. Celui-ci pourrait arriver dès la semaine prochaine car, selon Météo France, le temps devrait rester plutôt humide avec des températures clémentes pour la saison. »

A votre disposition pour surveiller l'évolution du vol des charançons et positionner au mieux l'intervention : la cuvette jaune installée dans vos parcelles, le Bsv de votre région (cf. Echo des plaines sur Terre-net), et proPlant. Le vol du charançon de la tige se déclenche quand la température dépasse 9°C avec des précipitations nulles. Ces conditions doivent être réunies 3 jours consécutifs avant le 15 mars pour déclencher le vol. Après cette date, un jour suffit.

L'institut rappelle l'absence de seuil d'intervention pour ce ravageur. « L'intervention aura lieu généralement dans les 8 jours qui suivent les premiers piégeages. Cependant, pour les colzas encore au repos végétatif ou sans tige, l'application peut être différée pour essayer de se rapprocher du début d'élongation. »

Retrouvez les conseils du Cetiom pour gérer le charançon de la tige sur myPic.

Destruction chimique des couverts associés

Les sanves n'ont pas gelé et sont en floraison. Le Callisto n’étant plus utilisable à partir de la reprise de végétation, il n’y a plus de solution pour lutter contre ces infestations. Le Lontrel peut être utilisé à dose pleine (1,25 l/ha ou 174 g/ha selon les formulations) en cas d’infestation de matricaires, de chardons, de laiterons ou de jeunes ombellifères. 

Pour détruire les couverts associés au colza, qui n’ont pas gelé cette année, l’utilisation d’un Lontrel à dose réduite (55 à 70 g/ha ou 0,4 à 0,5 l/ha selon les formulations) s’impose.

Source : Cetiom

© Tous droits de reproduction réservés - Contactez Terre-net


Tags

A lire également

Chargement des commentaires


Contenu pour vous