Moisson 2013 Collecte d’orges d’hiver en hausse, mais forte chute des variétés de printemps

Terre-net Média

Selon FranceAgriMer, la collecte 2013 des orges est estimée à 10,6 Mt, contre 11,3 Mt en 2012. Une baisse due à un très fort repli des emblavements d’orges de printemps.

orge d'hiverLes emblavements d'orge d'hiver ont progressé de 14 % en 2013 par rapport à 2012. Un retour à la normal après des ensemencements 2012 contrariés par la météo. (©Terre-net Média) 

Conséquence de la baisse des surfaces, la production d’orges est évaluée à 10,6 Mt contre plus de 11,3 Mt en 2012. Les surfaces, toutes orges confondues, sont en retrait de près de 3 % par rapport à 2012/13. 

Mais, selon FranceAgriMer, deux tendances inverses apparaissent : les emblavements d’orges d’hiver augmentent de plus de 14 % tandis que ceux des orges de printemps diminuent de plus de 27 %. 

Cette évolution n’est, en réalité, qu’un retour à un schéma d’assolement plus habituel, après des ensemencements 2012 fortement contrariés par la météo. 

+ 10 %  en orge d’hiver 

La récolte d’orges d’hiver est quasiment terminée sur tout le territoire. Après les très bons résultats de 2012, les rendements de 2013 retrouvent des niveaux plus habituels. Ainsi, le rendement moyen national serait proche du rendement moyen quinquennal (66 q/ha). 

Ce niveau estimé, conjugué à la hausse des surfaces, entraîne une progression de la production d’orges d’hiver. Au 9 août, cette dernière ressort à 7,5 Mt (contre 6,7 Mt en 2012). 

Au niveau régional, les rendements sont proches des 55 q/ha en moyenne en Midi-Pyrénées, Auvergne et Rhône-Alpes. Des moyennes entre 60 et 65 q/ha sont observées en Poitou-Charentes et Bourgogne. Les Pays de la Loire, le Centre et le Nord-Est présentent des rendements moyens entre 65 et 70 q/ha. Les régions du Nord et du Nord-Ouest dépassent 70 q/ha et même 80 q/ha. 

Les teneurs en protéines, sont généralement comprises entre 9,5 et 10,5 % en moyenne.

Comme sur les autres cultures, une variabilité peut s’observer entre parcelles, selon le type de sols, la protection fongicide, mais aussi le froid à la méïose (cas du Nord / Nord-Est) ou encore le manque de rayonnement au printemps. Des rendements qui varient de 40 à 100 q/ha peuvent ainsi être observés dans une même région. 

La qualité brassicole est assez homogène sur l’ensemble du territoire. Les teneurs en protéines, sont généralement comprises entre 9,5 et 10,5 % en moyenne. Les poids spécifiques moyens sont bons dans la plupart des régions, souvent supérieurs à 65-67 kg/hl et pouvant atteindre 70 kg/hl. Enfin, les calibrages sont bons à très bons, variant de 80 % à 95 %. 

Chute de 33 % de la collecte d’orge de printemps

La récolte d’orges de printemps se termine en zone intermédiaire. Au 12 août 2013, elle était en cours dans le Nord-Est et débute dans le nord de la France. Avec la baisse conséquente des surfaces et un rendement moyen national de 62 q/ha (inférieur à la moyenne quinquennale), la production est attendue à 3,1 Mt (contre 4,6 Mt lors de la récolte précédente). 

Les rendements varient selon les régions. De très bons résultats sont attendus en Ile-de-France (70 q/ha) et en Picardie (entre 75 et 80 q/ha). En revanche, ils sont décevants en Bourgogne et en Lorraine, autour de 50 q/ha). Ils se situent autour de 65 q/ha en Champagne-Ardenne et en région Centre.

Les teneurs en protéines sont un peu faibles, souvent comprises entre 9 et 10 % en moyenne. Les poids spécifiques et calibrages s’annoncent en revanche à un bon niveau.

  

Pour suivre l'évolution des cours des matières premières agricoles, rendez-vous sur:

L'observatoire des marchés


© Tous droits de reproduction réservés - Contactez Terre-net


Tags

A lire également

Chargement des commentaires


Contenu pour vous