; Pièges à limaces

L'actu d'Arvalis Comment positionner les pièges pour estimer les populations de limaces ?

Terre-net Média

Dès lors que les conditions sont favorables à l’activité des limaces (temps humide notamment), le recours au piégeage dans les parcelles à risque est indispensable en période de semis des céréales. Rappel de la méthode à suivre pour une estimation pertinente.

Antilimace en bléLorsque le niveau de limaces piégées atteint environ 20 par m², il est recommandé d’appliquer un antilimace. (©Terre-net Média)

Dans les parcelles à risque limaces (attaques enregistrées les années précédentes, présence de couverts à l’interculture, semis direct, terres lourdes, conditions climatiques favorables...), la pose de pièges est indispensable pour mesurer le niveau d’activité des populations.

Des pièges standardisés, issus des recherches Inra/Bayer, sont commercialisés par la société De Sangosse.Des pièges standardisés, issus des
recherches Inra/Bayer, sont commercialisés
par la société De Sangosse. (©Arvalis)

Pour pallier autant que possible l’hétérogénéité d’infestation, il est recommandé de placer au moins quatre pièges standardisés (de 0,5 m de côté, soit 0,25 m²) dans la parcelle en laissant quelques mètres entre chaque piège. Le relevé des quatre pièges donne ainsi une estimation du nombre d’individus par m². 

Le piégeage doit être réalisé avant le semis, en période d’activité potentielle des limaces (période humide) ; il ne sert à rien de piéger en période sèche même en arrosant la terre et le piège. De même, il faut éviter de mettre en place un piégeage juste après une opération de travail du sol, car elle perturbe leur activité.

Après les avoir laissés tremper dans l’eau pour les humidifier à saturation, les pièges sont posés (face aluminium visible) le soir pour éviter tout dessèchement au cours de la journée. Ils sont relevés le lendemain matin avant l’ensoleillement.

Il convient de ne pas arroser le sol au moment de la pose pour avoir une vision du risque réel. Pour cette même raison, il ne faut pas placer de granulés antilimaces sous le piège.

Un outil d’aide à la décision

Lors des relevés, au-delà du simple comptage des limaces piégées sous chaque piège, il convient d’identifier l’espèce présente. La plus fréquente, de loin, en grandes cultures est la limace grise, mais la limace noire peut aussi être présente. Cette dernière est plus difficile à détruire car moins mobile.

Pour la limace grise, il est important d’estimer son âge pour évaluer la structure des populations et prévoir le renouvellement de la lutte si nécessaire. Une jeune limace, lorsqu’elle est « en boule », ne dépasse pas 1 cm.

Pour les céréales à paille, lorsque le niveau de limaces piégées atteint environ 20 par m², il est recommandé d’appliquer un antilimace entre le semis et la levée pour ne pas mettre en concurrence la graine en germination avec le granulé molluscicide. En cas de populations plus importantes, une application préalable avant le semis peut être envisagée.

Les opérations de piégeage pourront être renouvelées autant que nécessaire pendant la période de sensibilité de la culture (jusqu’au stade 3 feuilles de la céréale).

Rédaction : Pierre Taupin (Arvalis - Institut du végétal)

© Tous droits de reproduction réservés - Contactez Terre-net


Tags

A lire également

Chargement des commentaires


Contenu pour vous

Terre-net Média