Conseils de saison Attention aux carences dans les parcelles de blé

Terre-net média

Les conseillers de la chambre d’agriculture de l’Oise veillent cette semaine aux corrections des risques de verse du blé, des carences en soufre et manganèse, des dégâts de grêle sur betteraves et surveillent l’arrivée des charançons des siliques sur le colza.


Bien différencier les carences des défauts
d'enracinement. (© Terre-net Média)

Pour les parcelles de blé devant recevoir un cycocel, François Dumoulin et Jean-Pierre Josselin, conseillers grandes cultures de la chambre d’agriculture de l’Oise, conseillent d’intervenir au stade épis 1 cm. Sur les parcelles plus avancées, à partir de 1 nœud, ils préfèrent les solutions du type Médax Top ou Moddus en réduisant les doses (ex. Moddus 0,2 ou Médax Top 0,4). « D’une part parce que le risque verse est limité, mais aussi parce que les amplitudes thermiques actuelles rendent difficiles les conditions de sélectivité. » Eviter tout mélange à risque, type régulateur et triazole ou antigraminées.

Corriger les carences en soufre et manganèse

En cas d’apparition de carence en soufre dans les parcelles de blé, corriger dès que possible avec l’équivalent de 30 à 40 kg de sulfate, par exemple, avec 100 kg de kiesérite. « Les symptômes apparaissent par zones dans la parcelle, la dernière feuille jaunit alors que les plus âgées restent vertes. » En sol crayeux et soufflé, le manganèse s’oxyde sous une forme non assimilable ce qui peut provoquer des carences. « Les zones les plus soufflées ou filtrantes jaunissent alors que les zones limoneuses ou tassées (passages de roues) restent bien vertes. » Les feuilles de blé jaunissent aux deux tiers de leur hauteur. Le limbe rétrécit à cet endroit ce qui peut provoquer la nécrose du dernier tiers des feuilles. « Deux passages de 2,5 kg de manèbe ou mancozèbe à quatre semaines d’intervalle viendront corriger ces carences. » Attention, dans la majorité des cas, un mauvais enracinement provoque ces jaunissements. « Dans ce cas, il faut juste espérer un peu d’eau. »

Betteraves grêlées et charançon sur colza

Suite aux dégâts de grêle notamment, les seuils de retournement préconisés par l’Itb se situent à vingt betteraves au décamètre en semis à 45, et à 22 en semis à 50, soit 44.000 pieds/ha avec une perte de rendement estimée à 20 %. « Une betterave, sans cotylédon, est considérée comme viable si la tige et le cœur avec les méristèmes, qui émettent les feuilles, sont en bon état. »

L’apparition des premières fleurs de colza signifie la fin du risque méligèthes sur les parcelles précoces, et une faible pression sur les parcelles moins avancées. « Sur les parcelles en début floraison, commencer à surveiller les charançons des siliques (seuil : 1 charançon pour 2 plantes jusqu’au stade 10 siliques bosselées). »

Retrouvez le bulletin « En arpentant champs et prairies » complet sur le site de la chambre d’agriculture de l’Oise.


© Tous droits de reproduction réservés - Contactez Terre-net


A lire également


Contenu pour vous