FermEcophyto De meilleures performances pour les exploitations du réseau

Terre-net Média

Début juin, InVivo AgroSolutions, au cours d’une journée d’échanges d’expériences, a pu montrer que les agriculteurs du réseau FermEcophyto des coopératives obtiennent de meilleures performances agronomiques, économiques et environnementales.

Depuis quatre ans, les 290 exploitations du réseau FermEcophyto des coopératives mettent en œuvre des pratiques visant à réduire l’utilisation des produits phytosanitaires et à limiter leurs impacts environnementaux, sans compromettre leurs performances économiques. Le suivi de leurs pratiques permettent l’acquisition de références pour des systèmes de cultures économes et performants.

Un premier bilan repris dans un communiqué d’InVivo montre qu’en 2013, les exploitations du réseau se sont montrées productives (+ 9 % de la référence rendement) et économiquement performantes (+ 20 % de la référence marge brute). Les nombreux leviers mis en place par les agriculteurs pour réduire l’usage des produits phytosanitaires ont, par ailleurs, permis de maintenir les niveaux d’Ift en dessous des références (- 9 %, - 15 % et - 1 % respectivement en Ift total, Ift herbicides et Ift hors herbicides pour les grandes cultures).

Les émissions de gaz à effet de serre sont également inférieures (- 4 %) et les risques de pertes de substances actives dans les eaux ont été réduits de près de 30 % par rapport à 2011. Enfin, les actions en faveur de la biodiversité mobilisent chaque année davantage, les agriculteurs ayant conscience des bénéfices sur la pollinisation des cultures, la régulation des ravageurs ou des maladies et la productivité. Les agriculteurs du réseau cherchent ainsi à favoriser les auxiliaires et améliorer l’offre alimentaire aux pollinisateurs.

Combiner différents leviers

L’analyse des pratiques des agriculteurs du réseau FermEcophyto des coopératives montrent qu’ils combinent plusieurs leviers pour raisonner leurs interventions : utilisation d’outils d’aide à la décision, soin dans le réglage du matériel... 39 % des agriculteurs du réseau pilotent en saison leur fertilisation azotée en blé tendre. Certains ont franchi le pas de l’agriculture de précision et de la gestion de la variabilité intraparcellaire.

Les mesures prophylactiques, telles que l’alternance des cultures avec l’introduction d’une culture de printemps dans la rotation, le retard de la date de semis ou l’association de désherbage mécanique affichent de bons résultats pour la gestion des adventices. Moins rentables qu’en cultures spécialisées, les produits de biocontrôle en grandes cultures sont tout de même utilisés par 14 % des maïsiculteurs du réseau (trichogramme pour lutter contre la pyrale) et 5 % des producteurs de colza (Sluxx contre les limaces). 


© Tous droits de reproduction réservés - Contactez Terre-net


Tags

A lire également

Chargement des commentaires


Contenu pour vous