Sur les réseaux Des cultures impactées par les conditions sèches

Terre-net Média

Même si la pluie est revenue dans plusieurs régions, la sécheresse a entraîné des conséquences importantes pour les agriculteurs : problèmes de levée des colzas, semis retardés des blés et orges d'hiver, présence favorisée des ravageurs ... Sur les réseaux sociaux, les agriculteurs partagent leurs situations et leurs inquiétudes.

L e retour de quelques pluies a permis de soulager certaines situations. Au début du mois d'octobre, 53 départements étaient soumis à des restrictions d'usages de l'eau. Ils sont désormais au nombre de 30. Mais parmi eux, 16 sont toujours en situation de crise, c'est-à-dire soumis à un « arrêt des prélèvements non prioritaires y compris des prélèvements à des fins agricoles. Seuls les prélèvements permettant d'assurer l'exercice des usages prioritaires sont autorisés (santé, sécurité civile, eau potable, salubrité) », selon Propluvia.

Et même si la situation au niveau des restrictions d'eau est plus apaisée dans certains départements, les conséquences pour les cultures peuvent être toutefois importantes.

Carte des arrêtés de restrictions d'eau au 7/11/2018 Carte des arrêtés de restrictions d'eau au 7/11/2018 (©Propluvia)

La situation des colzas est assez hétérogène d'une région à l'autre, et parfois dans une même région. Selon Terres Inovia, leur biomasse est, par endroits, bien « plus faible qu'à la normale, ce qui rend les plantes plus sensibles aux ravageurs », notamment en Bourgogne-Franche-Comté.

Ayant perduré plusieurs mois, les conditions sèches ont aussi impacté les semis de blé, d'orge d'hiver, ... De nombreux agriculteurs ont dû adapter leurs pratiques, comme le présente David Forge sur sa chaîne YouTube Chaîne agricole. L'agriculteur d'Indre-et-Loire a ainsi préféré l'usage du cover crop pour la préparation des semis de blé. Le chisel, qu'il utilise habituellement, ne rentrait plus dans le sol.

Cliquez sur l'image pour lancer la vidéo.

Pour beaucoup, les semis de blé et d'orge d'hiver ont également été retardés comme l'explique Gilles VK aussi sur sa chaîne YouTube. Céréalier dans le Loiret, il a démarré les semis des orges d'hiver au 31 octobre en semis direct dans un couvert annuel composé de phacélie, tournesol, moutarde d'Abyssinie, radis et vesce. Il y a associé un engrais starter (45 kg/ha de 18-46-0). L'objectif : « booster la réalisation des premières racines ».

Cliquez sur l'image pour lancer la vidéo.

Autre conséquence du maintien de conditions sèches et douces : une présence favorisée des ravageurs. Une observation assidue est donc de mise.


© Tous droits de reproduction réservés - Contactez Terre-net

Tags

A lire également

Chargement des commentaires


Contenu pour vous