Protection du maïs au semis La gamme d'insecticides s'étoffe

HB Terre-net Média

Bien que les attaques en 2015 aient été limitées, le taupin reste un des ravageurs les plus redoutés par les maïsiculteurs. Le printemps a également été favorable à la mouche des semis et aux vers gris. L’AGPM présente les solutions existantes pour lutter contre ces ravageurs.

Plantules de maïsDeux produits viennent étoffer, en 2016, l'offre de solutions de protection du maïs au semis. (©Terre-net Média)

En 2015, les attaques modérées par les taupins ont été relativement bien maîtrisées par les solutions de protection insecticide du maïs. L'AGPM précise que celles-ci présentent des efficacités entre 50 et 70 % selon les conditions d’application et la dynamique d’attaque des taupins. Les solutions microgranulés sur le marché (Force 1,5G, Belem 0.8Mg, Fury Géo) présentent des efficacités comparables sauf en Bretagne où Force 1,5G confirme, dans les essais, sa supériorité. « Pour les prochains semis, deux solutions à base de lambda-cyhalothrine (pyréthrinoïdes) entreront sur le marché des solutions microgranulés : Karaté 0.4Gr (homologué depuis fin 2015) et Trika Expert (en attente d’une homologation). »

Quant aux traitements de semences, en cas d’attaques précoces de taupins, Sonido assure un niveau de protection équivalent aux microgranulés mais celui-ci décroît en cas de fortes attaques après le stade 6 feuilles du maïs. « Noter que les expérimentations ont montré le manque de pertinence d'une double protection associant un traitement de semence à un produit en microgranulés. »

Les microgranulés à base de pyréthrinoïdes assurent également la protection contre les attaques précoces de vers gris. Mais ils s’avèrent insuffisants en cas d’attaque tardive. Seul un produit insecticide en végétation pourra alors les endiguer, à condition qu'elles soient détectées suffisamment tôt, avant la destruction des plantes et le développement trop important des larves. « Les solutions à base de méthiocarbe n'étant plus disponibles, seule la surveillance permettra d'intervenir sur des larves jeunes, unique stade auquel il est possible d'agir. » L’AGPM recommande alors d’intervenir en fin de journée au moment où les larves sont actives en surface.

Lutte contre les ravageurs au stade jeune : quelle protection choisir ? Lutte contre les ravageurs au stade jeune : quelle protection choisir ? (©Arvalis)

L’effarouchement, une protection souvent insuffisante

La corneille noire et le corbeau freux, sont les deux espèces de corvidés provoquant le plus de dégâts dans les parcelles de maïs. Les corbeaux consomment les graines de maïs de la germination jusqu’au stade 4-5 feuilles, voire 7-8 feuilles. Il existe de nombreux systèmes d’effaroucheurs (épouvantails, canons…) dont l’efficacité peut se révéler décevante en raison de l’accoutumance des oiseaux. Afin d’éviter une installation des corbeaux dans une parcelle, un passage humain régulier reste le plus efficace.Niveau de risque vis-à-vis des dégâts de corvidés.

Niveau de risque vis-à-vis des dégâts de corvidés. (©AGPM)

Dans les secteurs régulièrement affectés, des plans de régulation des populations peuvent être mis en place. Nécessitant un agrément, le piégeage permet de réguler les populations et contribue à réduire les dégâts.

Des traitements de semences de la famille des carbamates présentent un usage répulsif corbeaux. « D’après les essais, en cas d’attaque forte, Korit 420 FS présente une meilleure efficacité que la référence Gustafson 42S. En revanche, en cas de très fortes attaques, l’efficacité des solutions chimiques n’est pas suffisante. » Dans ces situations, la régulation des populations de freux et/ou corneilles ou la modification de l’itinéraire technique contribuent à diminuer les risques pour la culture.


© Tous droits de reproduction réservés - Contactez Terre-net


Tags

A lire également

Chargement des commentaires


Contenu pour vous