Fertilisation azotée La mesure du reliquat de sortie d'hiver reste incontournable

HB Terre-net Média

La mesure du reliquat azoté et son interprétation pour le conseil de fertilisation sont l’un des leviers de la gestion azotée à la parcelle. A la veille de la campagne « RSH 2016 », Auréa AgroSciences fait le point sur le cadre réglementaire actuel et sur l’interprétation des mesures de reliquats azotés en sortie d’hiver.

Prélèvement d'échantillon de sol.Le reliquat sortie hiver est le seul poste mesuré
dans l'équation du bilan azoté.
(©Auréa AgroSciences)

Le reliquat azoté en sortie d’hiver (RSH) est une estimation de la quantité d’azote minéral disponible pour la culture en place ou à venir reposant sur une mesure de la teneur en azote minéral d’un échantillon de terre. Cette valeur est ensuite convertie en stock disponible, en prenant en compte différents paramètres tels que la densité apparente et charge en cailloux estimées, et la profondeur d’enracinement potentielle de la culture. Le RSH permet de calculer la dose prévisionnelle d’azote à apporter selon la méthode du bilan.

Les programmes d’action « nitrate » (Pan) sont la déclinaison française de la directive européenne 91/676/CEE du 12 décembre 1991, dite directive nitrates. Cette directive impose aux Etats membres de délimiter des zones vulnérables révisées tous les quatre ans depuis 1994, et de mettre en œuvre diverses actions pour les exploitations ayant au moins 3 ha en zone vulnérable. Le cinquième programme, actuellement en vigueur, présente plusieurs évolutions significatives par rapport aux précédents. Lire >>> CINQUIÈME PROGRAMME DIRECTIVE NITRATES Les arrêtés régionaux arrivent au compte-gouttes, tenez-vous informés

Ce programme est notamment marqué par la mise en place de Groupes régionaux d’expertise nitrates (Gren) ayant pour mission de définir un référentiel régional pour le calcul prévisionnel de la dose d’azote, en accord avec les principes émis par le Comifer. Ceux-ci ont proposé une déclinaison régionale de l’équation nationale du bilan en ayant recours à un Coefficient apparent d’utilisation de l’engrais (CAU) permettant de prendre en compte une moins bonne utilisation de l'azote dans des milieux contraints.

Auréa travaille ses méthodes de calcul

Dans la méthode du bilan, le RSH correspond à l’« azote minéral à l’ouverture du bilan (Ri) », seul poste mesuré, tous les autres étant estimés à partir des réponses au questionnaire agronomique ou basés sur des tables de référence. Il s’agit d’un outil de connaissance du sol et de compréhension de son fonctionnement à la parcelle.

Pour la campagne 2016, Auréa AgroSciences interprétera les reliquats azotés sortie hiver selon les référentiels Gren. Le logiciel d’interprétation est paramétré pour toutes les régions concernées par le programme d’action nitrate. Auréa travaille également en collaboration avec Arvalis-Institut du végétal sur un autre outil de calcul de dose prévisionnelle d’azote qui sera proposé en 2017 après labellisation par les Gren. Cet outil utilise des fonctions dynamiques pour calculer certains postes du bilan, tels que la minéralisation de la matière organique du sol ou des produits organiques.

Le ministère de l’agriculture a lancé en janvier 2015 une procédure de reconnaissance réglementaire des outils de calcul de dose prévisionnelle d'azote utilisés à la place du référentiel fixé par l'arrêté Gren. Cette reconnaissance devait être effective pour la fin 2015, mais a été reportée au printemps 2016. Auréa AgroSciences a déposé un dossier pour deux méthodes de calcul, le référentiel Gren et la méthode dynamique pour les 21 régions.

Source : l’AgroReporter Auréa AgroSciences

Aurea est le fruit de la fusion des trois leaders de l’analyse agro- environnementale : SAS Laboratoire, Laboratoire LCA, Agro- systèmes / Agro-prélèvement.

© Tous droits de reproduction réservés - Contactez Terre-net

Tags

A lire également

Chargement des commentaires


Contenu pour vous