L'actu de Terres Inovia La saturation en eau perturbe le système racinaire des oléo-protéagineux

Terre-net Média

De forts épisodes pluvieux se sont déroulés dans le nord-est de la France, entraînant ruissellements et accumulation d'eau dans certaines parcelles. Ces excès d'eau perturbent le système racinaire des cultures d'oléo-protéagineux.

Parcelle inondée suite aux fortes intempériesParcelle inondée suite aux fortes intempéries. (©Martin P./Fotolia)

Depuis la mi-décembre, des pluies sont tombées abondamment sur une grande partie du territoire nord-est, enregistrant des écarts de précipitations importants par rapport aux normales saisonnières (cf. carte).  

Ecart de précipitation cumulé (mm) du 15/12/2017 au 17/01/2018 par rapport à la normale : 1997-2017Ecart de précipitation cumulé (mm) du 15/12/2017 au 17/01/2018 par rapport à la normale : 1997-2017 (©Terres Inovia)

Ces excès d’eau ont favorisé le ruissellement et ont entraîné l’accumulation d’eau dans certaines parcelles. Les zones les plus concernées par ces aléas climatiques sont bien évidemment les sols ayant reçu de grandes quantités d’eau en peu de temps, mais aussi les sols hydromorphes (Bourgogne-Franche-Comté, secteur de la Champagne humide, secteur de la Brie, Lorraine), et enfin les sols avec une zone tassée en surface (visible dans les tournières notamment) ou en profondeur ce qui limite l’infiltration dans le sol.

Impacts physiologiques de l’excès d’eau sur la culture de pois

Sur des semences non levées, un sol gorgé d’eau entraîne l’asphyxie et la pourriture des graines de pois, rendant la levée impossible. Sur de jeunes plantes, une saturation en eau entraîne la perturbation du fonctionnement du système racinaire et des nodosités. En état de sous-alimentation en azote, les plantes jaunissent et s’atrophient.

Symptômes d'asphyxie racinaire sur culture de poisLes symptômes d'asphyxie racinaire sur pois (photo ci-dessus) peuvent parfois être confondus avec ceux provoqués par Aphanomyces. (©Terres Inovia)A ne pas confondre : L’asphyxie racinaire s’observe le plus souvent par un jaunissement des parties aériennes. Ces symptômes peuvent se confondre avec ceux provoqués par Aphanomyces. L’analyse du contexte de la parcelle et l’observation du système racinaire permet de distinguer les deux causes. Sur le pois, les symptômes d’asphyxie racinaire ressemblent à ceux provoqués par Aphanomyces, mais le champignon provoque un brunissement des racines, ce qui n’est pas le cas, dans un premier temps, s’il y a l’excès d’eau. De plus les symptômes dus à une attaque du champignon apparaissent généralement un peu plus tard en saison.

Une pénalisation de la croissance pour le colza

Système racinaire de colza pourri dû à l'excès d'eauSystème racinaire de colza pourri dû à l'excès d'eau. (©Terres Inovia)

Ces fortes précipitations entraînent une anoxie* racinaire dont le colza est très sensible en hiver et au redémarrage en végétation. En effet, l’excès d’eau pénalise le redémarrage des plantes en limitant la croissance aérienne et surtout racinaire. La plante prend alors une couleur rougeâtre.

L'excès d’eau bloque l’absorption des nitrates et provoque une fermentation des racines qui produit de l’éthanol s’accumulant dans les feuilles.

Cette accumulation perturbe le fonctionnement de la photosynthèse (cf graphique) et pénalise le redémarrage les plantes en limitant la croissance aérienne et surtout racinaire. La plante prend alors une couleur rougeâtre.

Par la suite, ces défauts d’enracinement diminueront : l’exploration racinaire, la valorisation des ressources du sol et des engrais et les capacités de compensation en cas d’accidents climatiques (stress hydrique) ou d’attaques de ravageurs au printemps (méligèthes).

Si l’excès d’eau dure trop longtemps, le système racinaire pourrit et les pieds disparaissent.

Influence de l'excès d'eau sur la photosynthèseCe graphique montre l'influence de l'excès d'eau sur la photosynthèse, l'hypoxie correspondant à une diminution de la quantité d'oxygène disponible pour les cellules. (©Terres Inovia)

Quels impacts aujourd’hui ?

Le colza est très peu tolérant à l'anoxie racinaireLe colza est très peu tolérant à l'anoxie racinaire. (©Terres Inovia)

Il est encore trop tôt pour juger de l’impact de ces fortes précipitations sur la croissance du colza, d’autant plus que depuis quelques jours, sur certains secteurs, nous observons une atténuation des zones d’accumulation d’eau dans les parcelles.

Malgré tout, il est urgent que les parcelles concernées (limon froid et battant) se ré-assainissent rapidement. La vigilance restera de mise jusqu’au redémarrage de la plante.

* L'anoxie désigne le manque d'oxygène d'un milieu. Lorsque l'environnement est dit anoxique, c'est que la réduction d'oxygène est telle qu'il y a asphyxie

 

 


© Tous droits de reproduction réservés - Contactez Terre-net

Tags

A lire également

Chargement des commentaires


Contenu pour vous