Récoltes estivales « Le meilleur, en orge d'hiver, comme le pire, en orge de printemps »

Terre-net Média

Jean-Luc Desruelle, agriculteur dans la Marne, démarre sa moisson sur les chapeaux de roue avec des escourgeons, au top en rendement et en avance de dix jours, qui libèrent le temps et l'espace nécessaires aux semis de luzerne. Les colzas et blés laissent planer le doute quant aux résultats alors que celui-ci n'est malheureusement plus permis en orge de printemps.

Orge d'hiverC'est pour pouvoir semer tôt la luzerne et aussi étaler les chantiers l'été que Jean-Luc Desruelle cultive de l'orge d'hiver. (©Terre-net Média)

Jean-Luc Desruelle, polyculteur à Vitry-la-Ville dans la Marne, a démarré la moisson la semaine dernière, avec une dizaine de jours d’avance, et récolté ses 25 ha d’Etincel, escourgeon brassicole. « Il y a eu un faux départ au démarrage parce qu'il restait un peu de vert. Nous avons finalement fauché à 11 % d’humidité. En rendement, j’atteins 98 q/ha, 10 de mieux que l’an dernier, à 9,5 de protéines contre 10,5 demandé. » Difficile de concilier protéines et rendement… « Il a manqué d’azote. J’ai calculé ma dose d’engrais sur la base d'une moyenne quinquennale à 90 q/ha. Trop faible par rapport au potentiel de l’année. Le taux de protéines en a pâti. »

La luzerne semée en avance

Les semis de luzerne ont suivi, dans la foulée, vendredi. 50 ha qui ont profité de la pluie en fin de semaine et ont déjà levé. « J’envoie ma luzerne à la coopérative de déshydratation qui m'en donne 100 €/tMS, un bon niveau de rémunération. Et puis, un hectare de luzerne compte pour 0,7 ha de Set (surface équivalent topographique). J’atteins 7 % en Set pour 4 % obligatoires cette année. » 

Les colzas pourraient arriver à maturité la semaine prochaine. Jean-Luc Desruelle témoigne d’un bon potentiel mais s’inquiète du poids de mille grains. « Les cultures ont eu chaud au mois de juin. Les températures ont parfois dépassé les 30°C. Les siliques ont pu mûrir trop vite et les grains n’ont peut-être pas eu le temps de grossir comme il faut. Selon le Pmg, le rendement se situera au même niveau que l’an dernier ou le dépassera. »

Très mauvais rendement attendu en orges de printemps

L’agriculteur prévoit la pleine moisson des blés entre le 14 et le 20 juillet, plutôt que début août en temps normal. « Je me prépare à être déçu. Comme pour les colzas, le climat n’a pas été favorable en juin. Les dernières pluies ont été bénéfiques mais le Pmg doit déjà être entamé. Je vois des zones blanchies, desséchées, dans les parcelles. J’attends un résultat autour de 90 q/ha, inférieur de 5 à 7 q/ha à l’année passée. Côté protéines, nous ne faisons généralement pas plus de 10 dans ma zone. »

Les orges de printemps clôtureront la période des récoltes estivales. « Les rendements seront beaucoup moins bons qu’en 2013. Le printemps humide et froid, malgré des semis en bonnes conditions, n’a pas été favorable au développement des cultures. Elles ont végété, n’ont pas tallé. Les champs sont clairs, avec des plantes moitié moins hautes que la normale. Le taux de protéines devrait être très bon mais pour un rendement en chute de 15 ou 20 q/ha par rapport aux 80 q/ha de l’an dernier. »


© Tous droits de reproduction réservés - Contactez Terre-net

Tags

A lire également

Chargement des commentaires


Contenu pour vous