L'actu d'Arvalis Orge de printemps : garder le contrôle des graminées

Terre-net Média

La période d’implantation et le caractère couvrant de l’espèce devraient théoriquement rendre l’orge de printemps plus facile à désherber. Mais les systèmes de cultures dans lesquels on la rencontre et le faible nombre de produits préconisables rendent la gestion de certaines mauvaises herbes problématique, surtout les graminées.

Orge de printempsLes systèmes de cultures dans lesquels on rencontre l'orge de printemps et le faible nombre de solutions herbicides possibles rendent la gestion de certaines adventices problématique. (©Arvalis-Institut du végétal)

Il est nécessaire d’être très vigilant vis-à-vis du ray-grass dans les rotations où les cultures d’automne dominent (colza/blé/orge de printemps), surtout si les implantations sont réalisées sans labour. Dans ce cas, il faut profiter de l’interculture longue pour détruire un maximum de ray-grass (avant et après la culture intermédiaire) car les solutions herbicides dans l’orge sont peu nombreuses. Elles se limitent, pour les spécialités racinaires, au chlortoluron (avant le 1er mars en sols non drainés) ou à Avadex 480 (à 3 l/ha en présemis incorporé). Ce dernier est particulièrement recommandé en cas de résistance avérée des ray-grass aux herbicides de la famille des inhibiteurs de l’ACCase (groupe HRAC A) et de la famille des inhibiteurs de l'ALS (groupe HRAC B). Pour les spécialités foliaires, il n’y a que l’Axial Pratic (pinoxaden), Fenova Super (fénoxaprop) et Joystick (iodosulfuron) sachant que ces substances actives appartiennent à la famille des inhibiteurs de l’ACCase ou à la famille des inhibiteurs de l'ALS.

La folle avoine est encore assez répandue mais reste assez facile à gérer avec un produit foliaire comme Axial Pratic ou Fenova Super. Le vulpin est plus rare car ses levées se font plutôt à l’automne mais il peut être également présent dans cette culture, Joystick n'apportera pas sur cette adventice.

Prévenir le risque d’apparition de graminées résistantes

En prévention du risque d’apparition de graminées résistantes, il est indispensable de ne pas faire reposer le désherbage de la parcelle uniquement sur des substances appartenant aux groupes HRAC A et B. C’est pourquoi Avadex 480 est un allié non négligeable en orge de printemps.

Il faut également prendre en compte les leviers agronomiques pour réduire la population de graminées afin de sécuriser l’efficacité des herbicides. Avec la mise en place d’une culture d’orge de printemps, c’est l’occasion de mettre en œuvre du désherbage mécanique (herse étrille notamment) avec des niveaux d’efficacité beaucoup plus satisfaisants que sur les céréales d’hiver. Cette solution alternative est efficace essentiellement sur dicotylédones, en populations faibles et surtout à des stades très précoces (cotylédons - 1 feuille de l’adventice).

Pas de difficultés particulières pour gérer les dicotylédones

Du côté des dicotylédones, la flore est souvent mixte entre les adventices traditionnelles et des plantes à germination printanière (renouées). À noter qu’il est interdit d’utiliser des spécialités contenant du ioxynil depuis le 31 décembre 2015. La maîtrise des dicotylédones dans cette culture ne pose pas de problèmes majeurs.

La gestion du gaillet et du chardon peut être plus problématique. Ces deux adventices font l’objet d’un traitement spécifique :

  • Gaillet : base fluroxypyr (0,6 l/ha) ou florasulame (0,1 à 0,15 l/ha) ou Allié Express (40 g/ha) mais uniquement en désherbage précoce pour cette dernière spécialité.
  • Chardon : Bofix à 2,5 l/ha ou hormones jusqu’à 2 nœuds. Au-delà de ce stade, il est possible d’intervenir avec des produits à base de metsulfuron-méthyl jusqu’au stade dernière feuille. Attention aux stades d’utilisation avec Bofix.

Les stratégies possibles

Tous nos programmes intègrent la notion d’alternance des modes d’action (les groupes HRAC sont indiqués entre parenthèses). Par exemple, les DEN appartiennent au groupe A. La liste des produits proposés n’est pas exhaustive. En revanche, tous les produits cités sont référencés sur la « liste des spécialités phytopharmaceutiques recommandées sur orge de brasserie » éditée par les malteurs et brasseurs de France. En production brassicole, il faut en effet veiller à n’utiliser que des produits autorisés pour ce débouché.

À noter que certains produits à base de chlortoluron sont possibles sur orge de printemps avant le 1er mars et en sols non drainés artificiellement. Aucun chlortoluron n'étant actuellement autorisé en orge brassicole, nous avons décidé de ne pas l’intégrer dans nos préconisations.

Programmes préconisés en présence de dicotylédones (pensées, véroniques, renouées…) en sols limoneux, limono-argileux et craieProgrammes préconisés en présence de dicotylédones (pensées, véroniques, renouées…) en sols limoneux, limono-argileux et craie. >>> Cliquez sur l'image pour l'agrandir. (©Arvalis-Institut du végétal)

NB : Avadex 480 : rechercher un sol frais, bien travaillé pour une bonne efficacité.
Les prix et IFT (Indice de fréquence de traitement) sont donnés à titre indicatif. Les coûts intègrent le prix de l’adjuvant quand celui-ci est préconisé.

Pour les sols argilo-calcaires, en présence de pensées, véroniques, renouées, crucifères, ombellifères…, il s’agit quasiment des mêmes programmes de désherbage : il faut remplacer Platform 40 WG 25 g (E) + Primus 0,15 l (B) par Platform 40 WG 25 g (E) + une des nombreuses spécialités à base de metsulfuron-méthyl solo à 15 g (B), ou bien avec une association Nessie/Brennus Xtra 0,5 l (C3+F1) + metsulfuron-méthyl solo à 15 g (B) ou Picosolo 70 g (F1) + metsulfuron 15 g (B).

Programmes préconisés pour des ratrappages spécifiques contre le gaillet, le chardon et le rumex de soucheProgrammes préconisés pour des ratrappages spécifiques contre le gaillet, le chardon et le rumex de souche. >>> Cliquez sur l'image pour l'agrandir. (©Arvalis-Institut du végétal) 

**A réaliser à au stade dit « cigare », au moment où la dernière feuille est enroulée autour de la hampe florale.

Attention à respecter les délais avant récolte en cas d’application tardive. Des différences entre des spécialités ayant les mêmes substances actives peuvent s’observer. Attention aux spécialités à base de metsulfuron : des différences sont observées sur le plan de la réglementation : restriction d’utilisation à l’automne, nombre d’application par an, sol basique, sol drainé, délai avant récolte, délai avant implantation d’une culture destinée à l’alimentation sur laquelle le metsulfuron n’est pas autorisé. Se référer à l’étiquette du produit avant son utilisation.


© Tous droits de reproduction réservés - Contactez Terre-net

Tags

A lire également

Chargement des commentaires


Contenu pour vous