L'actu d'Arvalis-infos.fr Pratiquer les faux-semis pour diminuer le stock semencier des parcelles

Arvalis-Institut du végétal Terre-net Média

Pour réduire la pression des adventices dans les parcelles, le faux-semis en fin d'été ou au printemps peut se révéler très efficace si la pluie favorise leur levée. C'est autant de plantes qui ne concurrenceront pas la culture en place. Pour plus d'efficacité, cette technique peut être couplée avec le recul de la date de semis.

Ray-grass dans le bléUn faux-semis réalisé en conditions de sol humides peut stimuler la germination et permettre ainsi la levée de dormance dans le blé. (©Terre-net Média) 

Un faux-semis est un travail superficiel du sol (moins de 5 cm de profondeur) qui a pour objectif de faire lever les adventices pour les détruire avant l’implantation de la culture. Sa réussite repose sur le choix de bons outils et reste dépendante des conditions climatiques.

Sol fin rappuyé et humide : une clé de la réussite 

Un faux-semis demande une préparation du sol fine et superficielle, que ce soit en déchaumage ou en intervention après labour. Il s’agit d’établir un bon contact terre-graine favorisant la levée des adventices. Un roulage peut donc être déterminant en conditions sèches. Les pluies orageuses de fin d’été peuvent être un facteur favorable à la levée. Toutefois, la technique ne fonctionne que sur les adventices en mesure de germer durant la période de réalisation du faux-semis.

Une technique inefficace en cas de dormance des graines

La levée des adventices se heurte à un problème de dormance des graines. Si la dormance n'est pas levée, la technique du faux-semis est alors totalement inefficace. La période de dormances des graines est propre à chaque espèce adventice :

  • Le brome stérile n’a pratiquement pas de dormance. Il est la graminée d’automne la plus facile à détruire avec cette technique.

  • Le vulpin et le ray-grass sont capables de germer à partir de début septembre, mais certaines années une dormance plus prononcée peut les empêcher de lever à cette époque. Un faux-semis réalisé en conditions de sol humides peut stimuler la germination et permettre ainsi la levée de dormance.

  • La réussite du faux-semis sur géranium est liée au type de précédent : facile à faire lever derrière colza, cette adventice lève très difficilement derrière céréales.

  • Les cultures de printemps offrent une durée d’interculture plus longue qui peut augmenter les opportunités pour faire un faux-semis à l’automne. La technique est plus délicate à mettre en œuvre au printemps, elle est par exemple peu opérante pour faire lever des graminées estivales avant les semis de maïs.

Adapter le mode de destruction du faux-semis aux conditions climatiques

En interculture, il est possible de détruire mécaniquement les adventices. Sur flore jeune et en conditions sèches, les outils de déchaumage donnent satisfaction. Il est possible également d’utiliser des outils de désherbage mécanique, tels que la herse étrille. Par contre, si la flore est développée et le climat assez peu séchant, seul un labour bien refermé sera à même d’assurer une destruction totale des adventices. En conditions humides, l’utilisation du glyphosate est préférable, surtout lorsque la destruction du faux-semis se fait juste avant le semis de la culture.

Sur les parcelles les plus infestées de graminées automnales, plusieurs faux-semis peuvent être réalisés. Le nombre de faux-semis réalisables dépend du temps de travail, du climat de l’année et des rotations pratiquées. En cas de faux-semis multiples, il est recommandé de toujours travailler à la même profondeur, assez superficiellement afin de faire germer les graines de surface.

Lorsque le faux-semis est réussi, il faut éviter les relevées au moment du semis de la culture. Il est conseillé de laisser au minimum trois semaines entre le dernier faux-semis et le semis de la culture.


© Tous droits de reproduction réservés - Contactez Terre-net

Tags

A lire également

Chargement des commentaires


Contenu pour vous