Rouille brune Des conditions hivernales décisives pour la précocité d'apparition de la maladie

Terre-net Média

Généralement plus importante dans le Sud, la rouille brune s’est montrée plus présente dans le Nord en 2018. Elle est toutefois restée sous contrôle grâce à une protection fongicide appropriée et aux leviers agronomiques mis en place. Pour 2019, Arvalis-Institut du végétal met toutefois en garde : les conditions hivernales pourront être décisives vis-à-vis de la précocité d’apparition de la maladie sur les cultures.

Rouille brune sur bléReconnaissable à ses pustules brunes à brunes orangées, la rouille brune apparaît généralement tardivement sur les feuilles supérieures entre le stade dernière feuille pointante et l'épiaison. De rares pustules peuvent toutefois être observées, dès le stade 3 feuilles en cas d'hiver très doux et de semis précoces, selon Arvalis-Institut du végétal. (©Terre-net Média) Alors que la période estivale 2018 aurait pu permettre une interruption du cycle de la rouille brune, Arvalis-Institut du végétal met en garde : « la canicule n'a pas empêché les repousses, qui ont profité d'orages plus ou moins isolés. Ces dernières étaient bien présentes avec des symptômes de la maladie ». Les conditions hivernales 2018-2019 sont donc « décisives vis-à-vis de la précocité d'apparition de la rouille brune sur les cultures », poursuit l'institut technique.

Plus présente dans le Nord que dans le Sud en 2018

Généralement plus développée dans le Sud, la rouille brune a été « beaucoup plus présente en 2018 dans le nord de la France ». Elle est apparue tardivement, à partir du mois de mai et de manière très hétérogène selon les secteurs. Sur les variétés sensibles, « l'intensité était parfois très marquée ». La maladie est « restée toutefois sous contrôle grâce à une protection fongicide appropriée en 2018 ». Elle est arrivée aussi assez tardivement dans le Sud sur blé tendre et blé dur. « L'inoculum était peu présent en entrée d'hiver. Les températures froides du mois de février ont provoqué une sénescence des feuilles anciennes et ont diminué l'inoculum. La maladie a surtout progressé à partir de la fin avril, sur les variétés sensibles de blé tendre semées en octobre. « Les pluies incessantes avec des températures fraîches ont ralenti sa progression. Au final, la rouille brune s’est peu développée à la floraison sur parcelles traitées au stade dernière feuille mais a laissé la place aux fusarioses très fréquentes en 2018 ».

La rouille brune « non concernée par des phénomènes de résistance »

D'après les essais réalisés par Arvalis, toutes les modalités testées sont très efficaces dans les conditions de l'année 2018. Seul le Kardix est légèrement en retrait sur le rendement sans toutefois être différent au plan des statistiques ». La comparaison s'effectue « à partir de la référence Zakeo Xtra à 1 l, plus connue sous le nom de Priori Xtra qui n'est plus distribué. Il procure 86 % d'efficacité et 78,8 q/ha ».

Efficacités et rendements de différentes associations sur rouille brune du blé Efficacités et rendements de différentes associations sur rouille brune du blé (©Arvalis-Institut du végétal) 

Dans l'état actuel des connaissances, l'institut constate que « ni la rouille brune, ni la rouille jaune, ni la rouille naine ne sont concernées par des phénomènes de résistance en pratique vis-à-vis des strobilurines, des SDHI ou des triazoles ». D'ailleurs, associées à une strobilurine, les triazoles jouent même « un rôle de premier choix dans la lutte contre la rouille brune ». Parmi les strobilurines, « pyraclostrobine, picoxystrobine et azoxystrobine semblent les plus adaptées sur cette maladie ».

« Les  SDHI ne sont pas indispensables pour lutter contre la rouille brune », selon Arvalis. Ils font cependant partie « des traitements les plus efficaces sur rouille brune en mélange trois voies ». Autres remarques : « le Kardix, association de 2 SDHI et d'un triazole devra être complété par une strobilurine pour être recommandé sur rouilles [...] Le benzovindiflupyr est le seul SDHI actuellement homologué qui n'a pas besoin d'être complété par une strobilurine pour être suffisamment efficace ».

L’institut étudie également l’ajout d’adjuvants. Celui avec le nom de code CCL 846 a notamment été testé « en mélange à 1 % avec le Kardix et avec l'association Kardix + Amistar ». Même si les différences étaient faibles en 2018 entre les modalités, cet ajout procure, pour chaque couple étudié, quelques points d'efficacité supplémentaires et se traduit positivement sur les rendements sans que ce soit significativement différent ».

D'autres pistes sont aussi en cours d'étude (projets à base Revysol et d’Adepidyn en association) et « présentent de très bons niveaux d’efficacités sur rouille brune ».

Plusieurs leviers agronomiques à disposition

Pour lutter contre la rouille brune, les agriculteurs bénéficient aussi de méthodes prophylactiques importantes. Parmi elles, le choix variétal constitue « la méthode la plus efficace », rappelle l’institut technique. Il existe de nombreux gènes de résistances, attention « certains sont contournés rapidement ».

Résistances variétales à la rouille brune pour le blé tendre - 2019. Résistances variétales à la rouille brune pour le blé tendre - 2019. Cliquez sur l'image pour l'agrandir. (©Arvalis-Institut du végétal) Arvalis conseille aussi d’éviter les apports précoces d’azote, qui « augmentent la sensibilité de la plante ». En effet, « ils participent au développement d’un couvert favorable à la maladie ». Décaler la date de semis et utiliser des mélanges variétaux permettent également de limiter le risque, à condition que « les gènes de résistance soient différents entre variétés ». Enfin, détruire les repousses permet de « limiter potentiellement la conservation de la maladie à l’échelle du territoire ».


© Tous droits de reproduction réservés - Contactez Terre-net

Tags

A lire également

Chargement des commentaires


Contenu pour vous