Paroles de lecteurs Semer le blé sous couvert ne fait pas l'unanimité

Terre-net Média

Semer du blé sous un couvert de légumineuses : certains d'entre vous ont adopté cette pratique et sont satisfaits des gains de rendement et de taux protéines, alors que d'autres jugent l'économie d'azote anecdotique et estiment qu'il faut utiliser plus d'herbicides. Et vous, quel est votre avis ?

Semis de blé sous couvertIci, du blé semé dans un mélange de nyger et de radis chinois et fourrager. (©Terre-net Média)

AhAh : « La grande mode du semi sous couvert (qui existe depuis des décennies) ne me semble pas en adéquation avec l'agro-écologie de notre cher ministre s'il faut commencer à utiliser des désherbants à l'automne ET au printemps pour réguler le couvert ! Pour seulement 25 unités d'azote de moins si tout va bien ! »

Bof : « Des couverts pour ne gagner que 25 u d'azote et ben, ça ne fait pas bézef et en plus, il faut utiliser ce fameux glyphosate, le tout pour avoir plus de limaces, de taupins et de maladies. Vaut mieux mettre 80 kg d'ammonitrate, c'est moins nocif et à 250 €/t, ça fait moins de 25 €/ha. Les couverts, ça devient un peu débile. »

Davda : « Bravo ! Faut réduire la nuisance des phytos et on nous présente un couvert qui en nécessite ! »

Loïc : « Les meilleurs essais se font chez soi. Si on n'essaie pas, on ne sait pas et si on ne sait pas, on se tait. Les féveroles dans le blé, ça marche. Je le fais et j'obtiens + 5 q/ha et + 0,5 de protéines. L'année dernière, blé à 65 q/ha et à 11,5 de protéines avec 130 unités d'azote et 100 kg de féverole détruite au printemps. Seul hic, les féveroles font un peu "parapluie" et il faut deux passages d'herbicide. Par contre, je ne vois pas le rapport entre le glypho et le sujet de l'article ! »

« Deux herbicides, ce n'est pas plus économe, ni plus respectueux, qu'un glyphosate... »

AhAh : « Rien d'extraordinaire Loïc. As-tu fait tes calculs ? En comptant les féveroles, les désherbants supplémentaires pour réguler le couvert et surtout, qu'il n'y a aucun intérêt financier à faire un blé plus protéiné (tu ne fais qu'éviter une réfaction). Je ne parle même pas de l'augmentation du rendement de 5 q/ha avec du blé à 140 €/t. C'est assez anecdotique ! Le rapport avec le glyphosate est évident : ces systèmes de culture disparaîtront le jour où il sera interdit. »

Loïc : « Vu ton discours, ce sont ceux qui font des couverts qui utilisent tout le glyphosate en France. C'est assez simpliste ! J'ai des voisins qui mettent du glypho sur des labours d'hiver avant la reprise du printemps. Qui sont les plus économes et respectueux ? »

AhAh : « Deux herbicides, ce n'est pas plus économe, ni plus respectueux, qu'un glyphosate... » 

Loïc : « Je dis juste que le labour n'empêche pas le glypho. Il n'y a pas de vilains conventionnels. Mais il existe d'autres solutions, qu'il faut que chacun teste sur son exploitation, parce que ce qui est valable chez le voisin ne l'est pas forcément chez soi. »

AhAh : « Entre 20 et 30 millions de morts suite à des famines dans les années 60... Zut, il n'y avait pas beaucoup de chimie dans ces années-là ! C'est ballot ! Cultivez-vous avant de prétendre cultiver mieux que les anciens ! »

Loïc : « Le système mis en place il y a 60 ans est cuit, trop dépendant des prix. Et des prix dignes de ce nom, on en aura une fois de temps en temps ! Je n'impose rien à personne mais j'en ai assez de voir des agriculteurs qui restent campés sur leur(s) position(s), qui ne veulent rien changer et qui manifestent pour obtenir de meilleurs prix ! La mondialisation est là et bien là. Produire pour produire sans réflexion, c'est du n'importe quoi ! Arrêtez de vous plaindre et de critiquer ceux qui essayent ! »


© Tous droits de reproduction réservés - Contactez Terre-net


Tags

A lire également

Chargement des commentaires


Contenu pour vous