Technique betteraves Mise en œuvre du désherbage mécanique en complément de la pulvérisation

HB Terre-net Média

Le désherbage mécanique combiné au désherbage chimique s’inscrit en phase avec l’objectif de triple performance économique, environnementale et sociale de la production agricole. L’Institut technique de la betterave (ITB) a présenté les conditions d’utilisation de cette technique et les avantages et inconvénients de plusieurs types de matériels.

Rampe de localisation de l'herbicide.La localisation de l'herbicide réduit de moitié, voire de deux tiers la surface couverte par le traitement. (©ITB)

Le désherbage mécanique combiné répond à l'enjeu de réduction des doses de produits phytosanitaires sans compromis sur la productivité de la betterave. Toutefois, sa mise en œuvre dépend, notamment, du stade de la culture et de l'humidité du sol. Elle dépend donc des conditions climatiques et diffère selon le matériel utilisé. 

La bineuse simple s’utilise sur tous types de sol dès le stade 2 feuilles vraies des betteraves et jusqu’à ce que la culture couvre 80 % du sol. Cet outil présente une bonne efficacité sur l’inter-rang s’il est passé avant le stade 4 feuilles pour les dicotylédones et 2 feuilles pour les graminées.

La bineuse avec moulinets, la houe rotative et la herse étrille conviennent pour le désherbage des betteraves entre les stades 4 feuilles vraies et 10 feuilles. Avant 4 feuilles, la culture subirait trop de dommages. Ces outils sont utilisables sur tous types de sol à l’exception des sols de craie et de cranette pour la houe rotative. Ils sont efficaces sur les dicotylédones avec un stade optimum d’intervention point vert-cotylédons mais peu efficaces contre les graminées. La houe rotative et la herse étrille ont l'avantage de s'adapter à d’autres cultures, et d'assurer un bon débit de chantier (9 et 6 ha/h).

Pour qu’un jour soit propice au désherbage mécanique, trois conditions doivent être remplies  :
- sol ressuyé le jour de l’intervention
- pas de pluie le jour du passage de l’outil
- pas de pluie après l’intervention et des conditions séchantes

Pulvérisation sur le rang

Deux autres techniques, le désherbage localisé et le désherbinage (désherbage mécanique et pulvérisation localisée en un seul passage), affichent un bon niveau de maîtrise des adventices sur le rang tout en limitant de manière importante le recours aux herbicides. Cependant, le désherbage localisé implique un nombre d’interventions élevé et, pour le désherbinage, il est souvent difficile de trouver le compromis entre les bonnes conditions pour biner et celles pour désherber chimiquement en plus d'un débit de chantier limité (4,5 ha/h).

L’utilisation d’outils de désherbage mécanique permet de réduire les charges d'herbicides mais augmente le coût de l’amortissement à l’hectare (entre 58 et 100 €/ha contre 20 €/ha pour le désherbage traditionnel). L'investissement dans les matériels de désherbage mécanique peut être un frein mais leur amortissement peut être plus vite assuré grâce à la polyvalence de certains sur différentes cultures, comme le colza ou la féverole.

Coût par hectare en euros pour différents itinéraires de désherbage.Coût par hectare en euros pour différents itinéraires de désherbage. (©ITB)

Base de calcul : Pulvérisateur 27 mètres : 1 000 ha/an. Houe 5,40 m, bineuse 12 rangs et herse étrille Treffler 12 mètres : 100 ha /an (7 années sur 10). Rampe de localisation : 300 ha/an. Désherbineuse 12 rangs : 100 ha/an. Durée d’amortissement : 15 ans. Temps de préparation et de rinçage pris en compte pour les matériels utilisant de l’herbicide.


© Tous droits de reproduction réservés - Contactez Terre-net

Tags

A lire également

Chargement des commentaires


Contenu pour vous