Bilan provisoire pour le maïs Une campagne particulière qui ne remet pas en cause les semis précoces

Terre-net Média

La campagne des maïs connaît jusqu'à trois semaines de retard dans certains secteurs. Les rendements devraient être satisfaisants en fourrage. Les conditions difficiles de récolte vont par contre pénaliser les résultats en grain. Malgré tout, les semis précoces ont toujours l'avantage.

Maïs grainAu 26 novembre 2013, 30 à 40 % du maïs grain n’a pas encore été récolté au niveau national, de 20 % au nord à 80 % en Aquitaine. La campagne affiche un retard de 10 à 21 jours. (©Terre-net Média)

En maïs fourrage, la récolte s’est étalée du 10 septembre au 1er novembre pour des taux de MS de 28 à 37 %. « Les dates de récolte ont varié en fonction des besoins de reconstitution de stocks fourragers dans un sens et des problèmes de portance des sols dans l’autre », explique Bertrand Carpentier d’Arvalis-Institut du végétal. Les rendements s’annoncent corrects à bons. D’autant mieux s’ils ont pu être conduits jusqu’à 32 % de matière sèche plante entière. La teneur en amidon atteint également plutôt un bon niveau, en particulier pour les taux de MS là aussi supérieurs à 32 %. « Pour les maïs ensilés tardivement, la qualité tige feuille a pu se dégrader. »

En maïs grain, les récoltes ont démarré en octobre et se poursuivent. Les taux d’humidité varient de 31 % à plus de 38 %. « Dans le quart nord-est, les premiers résultats montrent un taux d’humidité supérieur de 4 points à la moyenne. » Les rendements devraient être hétérogènes. « Et dans tous les cas, ils seront affectés mais je ne sais pas encore à quel hauteur. » La densité a fait défaut. « Il manquait souvent 10 à 15 % de pieds. »

avantage aux semis précoces

La comparaison entre un semis au 17 avril et un au 15 mai donne l’avantage au semis précoce, même dans ces conditions de campagne particulières, en termes de rendement et de taux de matière sèche. Bertrand Carpentier préconise toujours de semer tôt avec quelques précautions cependant. « Un semis précoce oui, mais pas trop tôt non plus. On peut se tenir prêt à partir du 1er avril mais le chantier ne démarrera que si les sols sont ressuyés. Avant le 1er mai, il n’y a pas d’urgence. La précocité de la variété sera choisie en fonction des objectifs de date et de stade de récolte. En fourrage, il faut viser les 32 % de matière sèche. Je conseille, enfin, de protéger la graine et de l’aider si besoin au démarrage avec une fumure starter. » Le premier critère de choix d’une variété de maïs dans le quart nord-est reste donc, selon l’expert, la précocité.

Avantages du semis précoce :

  • Valorisation des sommes de températures disponibles : choix de précocité, valorisation de l’arrière saison
  • Esquive estivale du stress hydrique
  • Gain de maturité grain ou récolte avancée
  • Développement racinaire

Limites :

  • Levée lente
  • Perte de densité possible
  • Période de sensibilité aux ravageurs accrue
  • Evolution de flore

© Tous droits de reproduction réservés - Contactez Terre-net


Tags

A lire également

Chargement des commentaires


Contenu pour vous