Tournesol
Irriguer pour améliorer le rendement et la teneur en huile

 


 (© Terre-net)

 

« Le tournesol est une plante bien adaptée à la sécheresse mais avec des limites en sol à faible réserve. »
explique le Cétiom. C’est à la floraison et lors du remplissage du grain que le manque d’eau est le plus pénalisant. Or, le tournesol montre une très bonne réponse à l’eau. C’est une plante qui valorise très bien les apports modérés et bien ciblés avec une efficience optimale pour un développement végétatif modéré (indice foliaire de 2 à 2,5).

Une expérimentation menée de 2000 à 2005 par le Cetiom et le Creas à Lyon Saint-Exupéry a montré que l’irrigation permettait d’améliorer le rendement et la teneur en huile. Pour 113mm d’eau apportés, le rendement  moyen a augmenté de 12q/ha et la teneur en huile de 2,6% de matière grasse.

Pour une irrigation efficace, le Cetiom précise qu’il est important de « raisonner les apports selon le développement végétatif, les sols et les précipitations de l’année ». Il convient de prendre quelques précautions face aux maladies : « Privilégiez les variétés peu ou très peu sensibles au phomopsis et au sclérotinia. Evitez d’irriguer en pleine floraison par temps humide en raison du risque de développement du clérotinia. Enfin, n’irriguez jamais avant la floraison si les tournesols sont exubérants » conseille le Cetiom.

Grosseur du tournesol
au stade bouton 2cm

Sols superficiels

Sols moyennement
profonds

Sols profonds

Faible croissance
végétative
(interligne visible)

2 à 4 tours d'eau

  • avant floraison
  • début floraison
  • fin floraison
  • 10jours + tard

1 à 3 tours d'eau

  • début floraison
  • fin floraison
  • 10 jours + tard
 
Forte croissance
végétative
(interligne fermé)

2 à 3 tours d'eau

  • début floraison
  • fin floraison
  • 10jours + tard

1 à 2 tours d'eau

  • fin floraison
  • 10 jours + tard

En année sèche :
1 tour d'eau

  • fin floraison

Partage
Inscription à notre newsletter
a lire également