Publi-information

Alexandre Plateau en Eure-et-Loir Deux dates de semis, deux vitesses de levée différentes

Corteva

Au 20 septembre, Alexandre Plateau est très content de son premier colza semé, beaucoup moins du second, implanté avec seulement cinq jours de décalage. Le premier est au stade six feuilles et couvre déjà le sol. Alors que les deux parcelles ont été irriguées, l’autre n’atteint que le stade une à deux feuilles.

Alexandre PlateauAlexandre Plateau : « La pression des altises est restée pour le moment très faible. » (©Alexandre Plateau)

« Comme il faisait très sec au moment de semer le colza au mois d’août et que j’avais prévu d’en implanter dans deux parcelles avec des pierres, j’ai préféré prendre des précautions, à savoir, arroser la terre et labourer avant de sortir le semoir », explique Alexandre Plateau, agriculteur à Arrou en Eure-et-Loir. Il a irrigué ses deux parcelles, qui couvrent au total 13 ha, par un apport de 40 mm d’eau. La première a été semée le 25 août et la seconde le 30 août. Ces cinq petits jours d’intervalles ont été cruciaux pour la levée du colza cette année, malgré l’apport d’eau conséquent avant le semis et des précipitations de deux fois 6 mm.

Une levée rapide et homogène

« Le colza que j’ai semé le 25 août a levé rapidement et de façon homogène, souligne le jeune agriculteur. Il est aujourd’hui, au 20 septembre, au stade six feuilles et couvre déjà le sol. J’avais labouré la parcelle deux jours après l’irrigation et j’ai effectué le semis dans la foulée. C’est probablement ce qui m’a permis de très bien réussir la levée. Par contre, pour la parcelle que j’ai semée le 30 août, j’ai attendu quatre jours après l’arrosage pour labourer. C’est sans doute ce qui a fait la différence. Il faisait tellement sec, avec du grand vent, l’eau est descendue très vite et le sol au moment du semis avait déjà séché. La levée a été un peu plus hétérogène et le colza s’est développé beaucoup moins vite. » Il n’a développé à la même date du 20 septembre qu’une à deux feuilles.

Quelques petites altises repérées

« Côté insectes, pour l’instant, c’est très calme, précise Alexandre Plateau. Je n’ai encore appliqué aucun insecticide. J’ai repéré quelques petites altises, mais elles ont occasionné très peu de dégâts. Cela ne justifiait pas d’intervenir. Tant mieux. » A priori, dans le sud du Loir-et-Cher et dans le département de la Sarthe, les agriculteurs en ont signalé un peu plus. Alexandre Plateau n’a pas observé non plus pour le moment de grosses altises. « Si elles se manifestent cet automne et que des larves se développent, je ferai un insecticide pour nettoyer la parcelle avant l’hiver, au début du mois de novembre, après les semis de céréales. »

Pas de plantes compagnes cette année

Du fait de la sécheresse, le jeune agriculteur d’Eure-et-Loir a renoncé cet été à implanter son colza avec une légumineuse. « Mon idée était de semer un trèfle nain qui se serait développé sous le couvert de colza et qui repartirait après la récolte en juillet », indique-t-il. Mais ce n’est que partie remise, il essayera l’an prochain.


© Tous droits de reproduction réservés - Contactez Terre-net


Chargement des commentaires